Intelligence, Secrecy & Power, N. 666, 30 June 2016

Intelligence, Secrecy & Power                                     ISSN 1245-2122
N. 666, 30 June 2016
Twice Every Month                                                        Summary Issue
Next issue, 15 July 2016

Publishing since 1980

Editor
Olivier Schmidt
Email: intelligence-adi@wanadoo.fr
Blog: http: intelligenceadi.wordpress.com
List: http: groups.yahoo.com group intelligence-secrecy-power-adi
Postal: ADI, 16 rue des Ecoles, 75005 Paris, France

Copyright ADI 2016, reproduction in any form forbidden without explicit authorization from the ADI.

FRONT PAGE – BREXIT, CLINTON/TRUMP, CIA-FBI, ORLANDO MASSACRE, DAESH ATTACKS

World Media – Synthesis Based on the Most Noteworthy Entries from 15 June 2016 to 30 June 2016

The obvious dominant topic of the second half of the month of June 2016 is the Brexit vote in favor of leaving the European Union. Prime Minister David Cameron had accepted a referendum on the subject to silence and hold on to the Conservative’s right-wingers, obviously believing the vote would maintain the UK in the EU. But Cameron lost his bet, as did the British bookmakers, and now Europe is rushing ahead to instate the political decisions the British have blocked for several decades. In short, if Britain ever goes back to Europe, it will be on what the Brits have always considered the worst terms possible, but that’s what comes when you bet in politics.

In US politics, the Trump aurora seems to be wearing off and the rather boring but solid Clinton political establishment seems to be progressing toward the US presidency, while the “hung” Supreme Court is deciding against certain right-wing cases, including anti-abortion laws. But another massacre with an assault weapon and more gun deaths still haven’t pushed the GOP-dominated Congress to pass any new gun laws, as cops involved in the deaths of unarmed black men continue to go free. The FBI and the CIA have kept themselves in the news with torture and surveillance.

Abroad, there hasn’t been that much change as international pressure on the right-wing Israeli government increases, NATO continues its “saber-rattling” against Russia, and allies progress against Daesh in the Middle East, despite more bloody jihadist attacks. In Africa, there will be anal exams for gay suspects, and rioters rampage in South Africa as President Zuma, who ransacked the national treasury for $510,000 for his own house, will have to pay it back. The international isolation of the jihadist establishment in Pakistan is considered to be “Its Own Fault”, while the international community celebrates the FARC-Colombia deal and Puerto Rico passes under colonial Washington rule and China and the US fight it out diplomatically, but almost militarily, in the South China Sea.

—————————————-

Intelligence, Secrecy & Power, N. 666, 30 June 2016

SUMMARY OF ALL NOTEWORTHY ENTRIES OF THE SECOND HALF OF JUNE 2016

BREXIT (18X) Cameron & Tories Loose Badly, but Murdoch & Co. Win Largely
US POLITICS (14X) Clinton Rises, Trump Pluges, Abortion Wins
COPS-GUNS (10X) Orlando Massacre, Cops Go Free, No New Gun Laws
ISRAEL-PALESTINE (7X) Continuing Pressure on Israel, More Attacks
MIDDLE EAST (6X) Continuing Fight against Daesh
CIA-FBI (6X) Torture, Surveillance & “Usual Suspects”
EASTERN EUROPE (3X) More NATO “Saber-Rattling”
AFRICA (3X) Anal Exams in Kenya, South African Ransacking
PAKISTAN-AFGHANISTAN (2X) Jihadists Still Rule the Roust
LATIN AMERICA (2X) FARC-Colombia Deal, Puerto Rico as a US Colony
ASIA (2X) China & USA Fight It Out
ENVIRONMENT (1X) Coal, Climate & Money

—————————————-

Intelligence, Secrecy & Power, N. 666, 30 June 2016

ALL NOTEWORTHY TITLES OF THE SECOND HALF OF JUNE 2016 ORGANIZED BY TOPIC

BREXIT (18X) Cameron & Tories Loose Badly, but Murdoch & Co. Win Largely
*A stampede [in Britain] for Irish passports in the wake of Brexit vote
*Brexit – EU says no compromise on freedom of movement [it’s freedom of movement of persons & products, and not the American model of free movement of products only]
*Brexit referendum: EU ministers press UK for quick exit
*Britain Asks if Tone of ‘Brexit’ Campaign Made Violence Inevitable
*Britain struggles to absorb Brexit’s political and financial impact
*Britain Votes to Leave EU – Cameron Says He Plans to Step Down [his political move to win back the Tory right-wingers with a Brexit referendum has been a personal disaster]
*Britons with Irish ancestry try to avoid being shot out of the EU following Brexit [the revenge of the Irish on the English]
*David Cameron – UK “will not turn its back on Europe” [strange declaration given that the UK just did turn its back on Europe]
*EU Countries Warn Britain on “Brexit”: You’ll pay if you leave us
*Irish unity vote for later, not now – foreign minister [the English may even loose Northern Ireland to Europe and the Irish]
*Jo Cox attack: Murder suspect gives name as “death to traitors” in court
*London Mayor Khan demands more autonomy after Brexit vote
*Pound falls again, but global stock markets relatively calm in Brexit aftermath
*Rupert Murdoch Backs Brexit, Says It’s “Wonderful”
*The British are frantically Googling what the EU is, hours after voting to leave it [sorry, too late and should have put more thought into it before]
*Thursday should be a vote of confidence in Britain – to take back democratic control of our country – Telegraph [“voice” of the British security and defense establishment]
*UK – Referendum gamble will define legacy of UK’s David Cameron [the British love gambling and the Tories and politics are no exception]
*UK – Vote leave today to make this country even greater – Telegraph

US POLITICS (14X) Clinton Rises, Trump Pluges, Abortion Wins
*”Mississippi Burning” Civil Rights Murder Case Closed After 52 Years
*[Supreme Court] Abortion Ruling Could Create Waves of Legal Challenges
*Apple, Uneasy Over Donald J. Trump, Won’t Support Republican Convention
*CNN’s Newest Paid Commentator Legally Prohibited from Criticizing Donald Trump [in the Land of the Free]
*Decades Later, Sickness among Airmen after a Hydrogen Bomb Accident [in Spain & also Greenland]
*Hillary Clinton’s emails in Vladimir Putin’s hands? [another right-wing rant and fantasy by the Washington Times]
*House Benghazi Report Finds No New Evidence of Wrongdoing by Hillary Clinton
*Is This New Reform a Toxic Waste [federal rules block better state rules]
*Kochs Dump Trump to Fund Climate-Denying Senators in Ohio and Nevada
*Lying about Science for Politics Is Evil [big oil companies lying about climate change]
*Michigan Attorney General Sues 2 Companies over Flint Water Crisis
*Poll – Support for Trump Has Plunged, Giving Clinton a Double-Digit Lead
*Supreme Court Strikes Down Texas Abortion Restrictions
*US – Tears Flow and Spirits Sag, but Some Immigrants Look to November with Determination [the Supreme Court decision means the GOP just lost almost all the Latino vote]

COPS-GUNS (10X) Orlando Massacre, Cops Go Free, No New Gun Laws
*Get over It: Mass Shootings Are the New Normal in America
*Gun Lobbyist Tells CNN That Bars Should Limit Booze to Make It Safer to Carry Guns
*More Injustice in Baltimore – Marilyn Mosby, the state’s attorney, leaving the courthouse where a Baltimore police officer was acquitted of charges in the Freddie Gray case
*NYPD Surveillance Unveiled: City Claims to Lose Docs on 1960s Radicals, Then Finds 1 Million Records
*Officer’s Murder Trial in Freddie Gray Death Turns on “Rough Ride” [why does police “rough” treatment of young black men so often end in death]
*Omar Mateen’s purported gay lover says “he did it for revenge”
*Senate Votes Down 4 Measures Meant to Curb Gun Sales
*Spurred by Orlando Shooting, GOP Senator Offers a Gun Control Compromise
*Supreme Court Turns Away Challenge to Connecticut Ban on Semiautomatic Weapons
*US – House Democrats’ Gun-Control Sit-In Turns Into Chaotic Showdown with Republicans

ISRAEL-PALESTINE (7X) Continuing Pressure on Israel, More Attacks
*20 Congress members send Obama letter requesting protection of Palestinian children from Israeli abuses
*Dem tensions rising over Israel
*Israel cuts water supplies to West Bank during Ramadan
*Israel wants someone to build a $5 billion island off Gaza — for a seaport, hotels, airport [“someone”, but not the Palestinians or other Arabs]
*Israeli police attacked by Palestinians at holy site
*Palestinians Clash with Israeli Police at Holy Site
*Presbyterians vote to continue pressure on Israel

MIDDLE EAST (6X) Continuing Fight against Daesh
*Attack at Istanbul Airport Leaves at Least 36 Dead
*Elaborate Suicide Attack Hits Christian Village in Lebanon
*Iraqi commander – Fallujah “fully liberated” from ISIS
*Lebanon – Christian village hit by multiple suicide attacks
*Reports: US-led air strikes kill at least 250 ISIL fighters near Fallujah
*Syrian monitors: Turkish border guards kill eight refugees [could this be part of the European plan to stop migrants]

CIA-FBI (6X) Torture, Surveillance & “Usual Suspects”
*Before Omar Mateen Committed Mass Murder, the FBI Tried To “Lure” Him into a Terror Plot
*Detainees Describe CIA Torture in Declassified Transcripts
*Disturbing Details Permeate CIA’s Declassified Torture Documents
*DOJ Seeks Privacy Act Exemptions for FBI’s Extensive Biometric Database [the Bureau above the law again]
*FBI and Police Are Knocking on Activists’ Doors Ahead of Republican National Convention [just “normal operating procedure”, as usual]
*FBI using vast public photo data and iffy facial recognition tech to find criminals

EASTERN EUROPE (3X) More NATO “Saber-Rattling”
*A-10s make rare highway landing [in Estonia] near Russian border [in NATO exercise]
*German minister warns NATO of “saber-rattling” against Russia [finally someone who understands that saber rattling doesn’t work well with Russians]
*In push for equal NATO status, Poland asks for flashpoint troops [and why not also ask for freedom of press and religion]

AFRICA (3X) Anal Exams in Kenya, South African Ransacking
*Judge in Kenya Upholds Use of Anal Exams for Men Suspected of Being Gay
*South African Treasury – Zuma should repay $510,000 for upgrades to private residence
*Two shot dead by police in South African capital as looters ransack shops

PAKISTAN-AFGHANISTAN (2X) Jihadists Still Rule the Roust
*Amjad Sabri, a beloved Sufi musician, is gunned down in Pakistan
*Pakistan’s Crippling Strategic Isolation Is Its Own Fault

LATIN AMERICA (2X) FARC-Colombia Deal, Puerto Rico as a US Colony
*Colombia, FARC Rebels Announce Deal on Bilateral Cease-Fire
*US Senate Moves to OK “Colonial Control Board” in Puerto Rico [back to Colonialism in the USA’s “backyard”]

ASIA (2X) China & USA Fight It Out
*China foreign minister urges US not to interfere with Tibet in call to Kerry
*US “hypocrisy” and Chinese cash strengthen Beijing’s hand in South China Sea

ENVIRONMENT (1X) Coal, Climate & Money
*Peabody Coal Bankruptcy Reveals Climate Denial Network Funding

—————————————-

Intelligence, Secrecy & Power, N. 666, 30 June 2016

ALL OTHER 16-30 JUNE 2016 TITLES BY DATE

16 JUNE 2016

‘Brexit’ Plan for the Financial World? Cross Your Fingers
Canadian lawmakers vote to make national anthem gender neutral
China Is Said to Rescind Invitation to Taiwan Children’s Choir
Donald Trump Teases That He Could Buck The NRA On One Aspect Of Guns
EgyptAir wreckage found, Egyptian government says
Employee of Panama Papers Law Firm, Mossack Fonseca, Is Arrested in Switzerland
EU Leaders Come to Russia Amid Weariness Over Sanctions
Even With Confession of Cheating, World’s Doping Watchdog Did Nothing
Fed Holds Interest Rates Steady and Plans Slower Increases
French police alerted to possible arrival of fighters [Euro 2016 matches]
Gawker Founder Nick Denton Confident of Company’s Future
Hillary Clinton Mocks Donald Trump’s National Security Ideas
Hindu teacher assaulted in latest attack on Bangladesh minorities
Hundreds Have Been Arrested in Venezuela as Looting and Food Riots Escalate
India Sentences Man-Eating Lion to Life — in the Zoo
Lane Graves – Divers Find Body of Toddler Snatched by Alligator at Disney Resort
Obama and Clinton Differ on Terror Approach
On Donald Trump, Republicans Keep Distance in Different Ways
Opposition to Judge in Stanford Sexual Assault Case Grows, In and Out of Court
Orlando Medical Examiner: ‘Take a Typical Homicide Scene, Multiply It by 50’
Oscar Pistorius Removes His Artificial Legs at Sentencing Hearing
Prince William Becomes First Royal to Pose for LGBT Magazine
Saudi Prince’s Under-the-Radar US Visit Belies Ambitious Plans
Searchers Report Finding EgyptAir Wreckage
Spain PM protests Cameron ‘Brexit’ visit to Gibraltar
Syria – 48-hour ceasefire secured for battered Aleppo
Thailand’s Dhammakaya temple raided over corruption claim
This Is Why China Got So Angry About Obama’s Meeting With the Dalai Lama
Trump and NRA Leaders to Discuss Preventing Gun Sales to People on Terror Watch
UK – EU ‘Brexit’ campaigns clash on River Thames
UN Syria Panel: IS Committing Genocide Against Yazidis
US, India, Japan Hold Naval Drills
Wife, son of former senior Chinese leader jailed for graft

17 JUNE 2016

11 Get Life in Prison for 2002 Deadly Riots in India
An Unlikely Savior Emerges to Help Endangered Republicans: George W. Bush
As United Kingdom Mourns MP Jo Cox, Her Killer Is Linked to White Supremacy Groups
Australian prime minister regrets inviting anti-gay cleric
Brazil President Michel Temer Says Graft Claims Are ‘Lies’
CIA Chief Just Confirmed “War on Terror” Has Created a Lot More Terrorists
Defying China, Hong Kong Bookseller Describes Detention
Donald Trump’s Speeches Fire Up His Base, but May Cost Him
Dozens of US Diplomats, in Memo, Urge Strikes Against Syria’s Assad
EgyptAir Flight 804: Cockpit voice recorder found damaged
Families Bearing Up a Year After Slayings in a Charleston Church
Federal Judge Tosses Texas’ Lawsuit to Bar Syrian Refugees
For the first time in 958 years, Orthodox churches are having a Holy and Great Council
Hong Kong protesters decry Beijing’s detention of bookseller
In Orlando, a Son of a Muslim Immigrant Rushed to Heal Pain Caused by Another
Indonesian Province Prepares to Tow Migrant Boat Out to Sea
Jo Cox attack: UK police search for motive in killing of lawmaker
Jo Cox, Member of British Parliament, Is Killed in Attack
Knoxville Muslims observe Ramadan
‘Long and Genuine’ Hugs: Shooting Victims’ Relatives Recall Obama’s Empathy
Losses at Orlando’s ‘Pulse’ Nightclub Felt in Puerto Rico
Online Tools to Shop for Doctors Snag on Health Care’s Complexity
Oscar Pistorius’ Sentencing Over Reeva Steenkamp’s Murder Set For July
Philippine poor get hit early in Duterte-inspired crackdown
Power in Turkey: Islamist power struggle returns to the pitch, By James M. Dorsey
Putin said to plan back-to-business offer to EU at key forum
Rebels take 17 people captive in Central African Republic
Soda Tax Passes in Philadelphia. Advocates Ask: Who’s Next
State Department officials call for US military action against Assad regime
Suspected killer of British lawmaker Jo Cox had ties to US-based neo-Nazi group, watchdog says
The First Big Company to Say It’s Serving the Legal Marijuana Trade? Microsoft
UK singer Cliff Richard will not face sex crime charges
UN human rights panel concludes ISIL is committing genocide against Yazidis
UNICEF: Somali militants may be using 5,000 child soldiers
UN’s peacekeeping force in Mali needs more troops, equipment
Verdict coming in German trial of former Auschwitz guard
Vietnamese search plane missing with 9 people aboard
Welcome to Davao, the Philippine Leader’s Town: ‘No Smoking, No Crime’
Why the Orlando Shooting Is Unlikely to Lead to Major New Gun Laws

18 JUNE 2016

A Front-Row Seat to Germany’s Long Reckoning With Its Past
A Saudi Imam, 2 Hijackers and Lingering 9
Afghanistan: six militants killed, nine hostages released in Taliban-run district
Africa: Why Ibrahim Leadership Prize Was Not Awarded
Alabama Official Refuses to Lower Flags to Half-Staff After Orlando Massacre
At Memorial for Charleston Shooting, a Call for ‘Meaningful Action’ on Guns
Bangladesh Hindu teacher’s attacker killed in shootout
Belgian police arrest 12 in overnight raids
Costly Compromises Stir Fury With the European Union
Donald Trump may like Putin’s latest remarks about the US
Donald Trump’s Use of ‘Pocahontas’ Has Native Americans Worried
EgyptAir black boxes badly damaged, likely to prolong probe
Egyptian Court Sentences 2 Al-Jazeera Employees to Death
‘Hero Cop’ Who Dragged Orlando Shooting Victim Out of Club Speaks Out
Huge NATO Drills in Poland Prepare West for Possible Conflict With Russia
IEX Group Gains Approval for Stock Exchange
Iraqi Forces Enter Falluja, Encountering Little Fight From ISIS
Iraqi Troops Seize Fallujah Hospital, Clear Mines
‘It’s Pretty Lonely’: A Democratic Incumbent in a Sea of Texas Red
Justice, one last time, as era of Nazi reckoning comes to a close
Man hears sentence, kills himself in courtroom
Marco Rubio, Reversing Plans, Is Leaning Toward Running for Senate Again
Moving to Arizona Soon? You Might Need a License
NASA Unveils Plans for Electric-Powered Plane
Nigeria: Boko Haram kills 18 at funeral in northeast
Pakistani-Afghan crossing reopens after deadly clashes
Saudi minister rips White House on Syria, talks 2016 campaign
Shunned, Stared at, Still for Trump: The Holdout in Hillary Clinton’s Town
Syria memo shakes up Washington but unlikely to shift policy
US says it will stay in Black Sea despite Russian warning
Watch the Queen Scold Prince William In Front of Prince George

19 JUNE 2016

A War of Brothers in Iraq: ‘I Will Kill Him With My Own Hands’
After 147 Years, Goldman Sachs Hangs a Shingle on Main Street
‘Always Agitated. Always Mad’: Omar Mateen, According to Those Who Knew Him
An Expensive Law Degree, and No Place to Use It
Belgium charges three men with terrorism offences after overnight raids
China’s Last Wild River Carries Conflicting Environmental Hopes
Chinese villagers protest after police detain elected leader
Dancing With Defiance in Orlando, but Gay Clubs and Bars Feel ‘Eerie’
Driven by Campaign Populism, Democrats Unite on Expanding Social Security
Egypt sentences 6 people to death, including 2 Al Jazeera journalists
EgyptAir black boxes badly damaged
Hillary Clinton with her daughter, Chelsea, who has given birth to her second child – Chelsea Clinton Gives Birth to a Boy, Aidan
How to Gauge a CEO’s Value? Hint: It’s Not the Share Price
India – Foreign Secy Jaishankar makes unannounced visit to China as Putin voices support for India’s NSG entry
Inside Fallujah, Iraqi forces dodge snipers and car bombs in final fight for the city
Italy Heads to Polls for Second Round of Local Elections
Japan – Anti-US military protests attract thousands in Naha, Tokyo
Malaysia’s Ruling Party Wins Special Elections, Exposing Weakening Opposition
Many What-Ifs in Donald Trump’s Plan for Migrants
Missing Hong Kong bookseller considered suicide ‘many times’ in China
Phoenix Focuses on Rebuilding Downtown, Wooing Silicon Valley
Regardless of ‘Brexit’ Vote, Experts Say, EU Must Rethink Status Quo
Russia says agrees with US on need to improve military coordination in Syria
Shaken by Sex Scandal, Oakland Police to Get New Leader, Again
Singer known from Mexico’s ‘The Voice’ fatally shot in Chicago
Study Shows Americans’ Bodies Are Filled With Carcinogens
This Prisoner’s 8 Year Crusade for Release Is the Epitome of Obama’s Mishandling of Guantánamo Prison
US commander in Afghanistan submits his 3-month take on war
US-backed forces advance against Islamic State in Syria
Words of Obama’s Father Still Waiting to Be Read by His Son

20 JUNE 2016

13 children, one adult die when Russian tour boats capsize
3 Chiefs In 9 Days: Oakland Police Department In Scandal Meltdown
As Wind Power Lifts Wyoming’s Fortunes, Coal Miners Are Left in the Dust
At least 22 dead from 2 bomb attacks in Afghanistan
At least 6 killed, more than 100 hurt in Mexico clashes between police and teachers
At Okinawa Protest, Thousands Call for Removal of US Bases
Bernie Sanders Die-Hards Gather and Try to Look Past November
Cavaliers 93, Warriors 89 | Cleveland wins series, 4-3
Companies Bow Out Of Convention And Delegates Try To Change Party Rules To Dump Trump
Congress Votes on Gun Control as Sandy Hook Families Head Back to Court
Dalai Lama To Address California Legislature Monday
Document Dump: Lawsuit Reveals Extent of DuPont’s C8 Cover-Up
Donald Trump Calls for Profiling to Stop Terrorists
Egypt sentences 6 people to death, including 2 Al Jazeera journalists
Former Vanderbilt Football Player Found Guilty in Campus Rape – Brandon Vandenburg, a former Vanderbilt football player, during his trial on Saturday
Governor of Oaxaca at Party as Mexican Teachers Gunned Down
How Should Hillary Clinton Choose a Running Mate? Start With Chemistry
Indonesia: Floods, landslides kill 35 in Central Java
Investigators Begin Examining EgyptAir Flight MS804 Black Boxes
Iraqi police say over 377 ISIS militants killed in Fallujah
ISIS threat to US air bases, South Korea intelligence agency warns
Israel reportedly constructing an underground wall around Gaza
Istanbul Police Violently Disperse Banned LGBT Rally
Italy PM Renzi suffers vote setback as 5-Star makes breakthrough
Japanese woman’s murder provokes huge protest against US bases
New Zealand to Keep Troops in Iraq for an Extra 18 Months
Pakistan, Afghanistan Hold Talks on Deadly Border Clashes
Prince William Champions Child Mental Health on Father’s Day
Rebels wrest 2 villages from government troops in Syria
Reckoning Near for Merger of Energy Transfer and Williams
Record 65.3 million people displaced, often face barriers – UNHCR
South China Sea: The mystery of missing books and maritime claims
Stratolaunch’s Gargantuan Flying Launchpad Edges Toward the Skies
Struggling for Profit Selling Health Insurance in State Marketplaces
Taliban Suicide Bombing Kills 14 Nepalese Guards in Kabul
The bizarre blame game [Orlando massacre]
Transcripts of Calls With Orlando Gunman Will Be Released
UN troops kill 7 rebels in DR Congo
UN: Conflict displaces a record 65 million people
USA – Birth Control via App Finds Footing Under Political Radar
Venezuelans Ransack Stores as Hunger Grips the Nation

21 JUNE 2016

5 things to know about Virginia Raggi, Rome’s first woman mayor
8 killed in Mexico during clashes between residents, teachers and police
Al-Shabab Kills Five Police Officers in Kenya
As Food Crisis Worsens, Venezuelans Loot Almost-Empty Stores
Asia shares rise, sterling stands tall ahead of Brexit vote
Bomb Kills Foreign Security Contractors in Kabul
Brussels Terror Alert After Man Claims to Have Explosives at Mall
China City Holds Dog-Meat Eating Festival Despite Protests
Conflicting Concerns at a Boston Hospital: Crowding, Costs and a Placid Garden
Donald Trump Fires Corey Lewandowski, His Campaign Manager
Donald Trump Starts Summer Push With Crippling Money Deficit
Even Without Detonation, 4 Hydrogen Bombs From ’66 Scar Spanish Village
Hillary Clinton to Pummel Donald Trump on Economy, Calling Him Uncaring
Hoping Jobs for India Follow, Modi Clears Investors’ Path
Japan military on alert for possible North Korean ballistic missile launch
Jeep That Crushed Anton Yelchin Had Been Recalled
Lawmakers remember Jo Cox as markets sense rising EU support
Man who attempted to grab gun at rally wanted ‘to kill Trump’
Mississippi Ends Inquiry Into 1964 Killing of 3 Civil Rights Workers
Orlando Police Defend Actions as Clock Ticked in Massacre
Ramadan Tours in Israel Give Boost to Arab Tourism
Rodrigo Duterte Seeks Business Support for Philippine Constitutional Changes
Several Jordanian Troops Killed, Hurt in Car Bomb Attack
Sheikh Isa Qassim: What lies behind Bahrain’s latest opposition crackdown
Smugglers in West Bank Open Door to Jobs in Israel, and Violence
Supreme Court Sides With R.J. Reynolds in RICO Case
The Slow Death of the Syria Cease-Fire Brings a Hybrid War With Russia Closer
Top Iranian Security Official Claims ‘Takfiri’ Plot Broken Up
‘Unprecedented’ 65 million people displaced by war and persecution in 2015
Virginia Raggi of Five Star Movement Sweeps Election for Rome’s Mayor
What Is ‘Brexit’? A Look at the Debate and Its Wider Meaning

22 JUNE 2016

After US, France asks member states to take a ‘positive decision’ on India’s NSG bid
Another Impasse on Gun Bills, Another Win for Hyperpolitics
Assault Rifles and Concealed Handguns at Center of a Changing Industry
‘Brexit’ vote: Britain divided on eve of EU referendum
CDC and States Ponder Plans to Keep Ahead of Zika
Chinese Bank Spanks Workers, and the Internet Gives It a Flogging
Colombia is working to reach bilateral cease-fire with rebels
Donald Trump Hints He May Fund Race Himself
Elon Musk Aims to Shore Up SolarCity by Having Tesla Buy It
Eritrea: Ethiopia plans to launch war
FAA Issues Commercial Drone Rules
France Looks to Fan Nuke Deal Momentum With Iran’s Minister
French unions win right to protest despite fears of violence
‘Glimmer of hope’ seen for compromise US gun control bill
Hedge Fund Manager Charged With Insider Trading Is Found Dead
Hillary Clinton Makes Dire Predictions for Economy if Donald Trump Wins
House Republicans Unveil Long-Awaited Replacement for Health Law
How Do You Stop a Future Terrorist When the Only Evidence Is a Thought
I Was on That Fateful Flight With Prince: A Protégée Tells Her Story
In ‘Brexit’ Vote, David Cameron Faces Problem of His Own Making
ISIS In Iraq: Why The Iraqi Military Has Taken So Long To Defeat Islamic State Group In Fallujah
Israel PM to meet Kerry on talks with Palestinians
Jaguar Shot Dead After Participating In Olympic Torch Ceremony
Kerry Meets With State Dept. Dissenters Urging Action on Syria
Kerry Meets With State Dept. Dissenters Urging Action on Syria
Libyan forces take losses in battle for Sirte against Islamic State
Lightning strikes kill at least 90 in India
Marco Rubio to run for re-election to the Senate
N. Korea missile launches again violate UN resolutions
North Korea’s Latest Missile Test Shows Signs of Progress, Analysts Say
Orlando Massacre Inspires Some to Come Out as Gay
Putin Accuses West of Underestimating Terrorism And Nazis
UK – Jo Cox Tributes Across the World to Mark Late MP’s Birthday
UN envoy: Yemen parties must make concessions to reach peace
UN official warns of escalating violence in Afghanistan

23 JUNE 2016

After Orlando, Questions Over Effectiveness of Terrorism Watch Lists
Australia backs India to join nuclear supplier club, China hesitates
Bathroom Debate Complicates Mexican Town’s Acceptance of a Third Gender
‘Brexit’ Vote Already Has a Winner: The Gambling Industry
Colombia, FARC Rebels Near Closure on Peace Deal
Donald Trump Returns Fire, Calling Hillary Clinton a ‘World-Class Liar’
EU referendum: Juncker in ‘out is out’ warning to UK
Ex-UN General Assembly president in US bribery case dies: lawyer
Fiat Chrysler Moves Up Gearshift Repairs After Death of Anton Yelchin
France labour dispute: Ban on Paris protest ‘lifted’
Hillary Clinton’s Message: Yes, the Economy Is Messed Up. But I Can Fix It
House Democrats’ Gun-Control Sit-In Turns Into Chaotic Showdown With Republicans
House Democrats Have Occupied The Floor For Over 20 Hours To Demand Gun Control
In Turkey’s tussle with the EU, Erdogan thinks he holds the cards
India lightning strikes leave 93 people dead
Is This Another Sign the Tide Is Turning on Palestinian Human Rights
Islamic State militants push back in Syria, Iraq and Libya
Justices Disclose Privately Paid Trips and Gifts
New Ways to Treat Pain Meet Resistance
New Zealander Gets Prison Time for Sending Militant Videos
Nigeria Boko Haram: Scores of refugees starved to death – MSF
North Korea leader says missile launch shows ability to attack US in Pacific
North Korea’s Successful Missile Test Shows Program’s Progress, Analysts Say
Pakistan Mourns Sufi Singer Amjad Sabri After He Was Shot Dead in Karachi
Palestinians jailed for life for killing Israeli couple
Raging Wildfires in the Southwest Stretch Resources
Russia looks to China as economy crumbles under sanctions
San Diego high school cheerleader charged in connection with murder of homeless man
Suu Kyi’s Trip to Thailand to Tackle Migrant Workers’ Plight
The New Panama Canal: A Risky Bet
Three Australians Kidnapped in Nigeria Ambush
Trying to Get Past Airport Security Faster? Get in Line
US troops in Syria is starting to look inevitable
Van Driver In Freddie Gray Case Found Not Guilty On All Counts

24 JUNE 2016

A Russian Oil Company Is for Sale – Again
Acquittal in Freddie Gray Case Casts Doubts About Future Trials
Armenians say ‘whole population’ set to welcome Pope Francis
‘Brexit’ Opens Uncertain Chapter in Britain’s Storied History
China rejects bending rule for India to join nuclear club
China Vows to Replace ‘Poisonous’ Running Tracks at Schools
China: Severe weather, including rare tornado, kills scores
Colombia Farc: Celebrations after ceasefire ends five decades of war
Democrats End Sit-In After 25 Hours, Drawing Attention to Gun Control
Donald Trump Would Back Israel Annexation of Parts of West Bank
EU chiefs meet as UK vote sends bloc into uncharted waters
Facebook Envy Lures Egyptian Teenagers to Europe and the Migrant Life
Flight 804: Egypt fails to pull data from damaged recorders
For Obama, Supreme Court Defeat Upends a Legacy on Immigration
German cinema attacker takes hostages before being killed by police
GOP blasts latest Gitmo transfer
Government, rebels agree to end decades-long war in Colombia
Justice Department Reaches Deal With Mississippi County on Prison Reform
Led Zeppelin Did Not Steal ‘Stairway to Heaven,’ Jury Says
Lewandowski: ‘No more than 4′ names on Trump’s VP list
Man in Iwo Jima Flag Photo Was Misidentified, Marine Corps Says
Monsanto, the USA’s Monster
Nigeria intensifies search for 7 kidnapped; 5 are foreigners
Rebels: Russia is dropping incendiary bombs in Syria
Seven Indonesian Sailors Kidnapped at Sea
South China Sea Clashes Are Fracturing ASEAN
Supreme Court Tie Blocks Obama Immigration Plan
Supreme Court Upholds Affirmative Action Program at University of Texas
Suu Kyi tackles migrant workers’ plight during Thailand trip
Technology – Mark Zuckerberg Covers His Laptop Camera – You Should Consider It, Too
Three Separate, Equal and Dysfunctional Branches of Government
Turbulence and Uncertainty for the Market After ‘Brexit’
UN admits peacekeeper inaction led to South Sudan massacre
UN Strongly Condemns Latest North Korean Missile Launches
US launches first attacks on Taliban under new rules
Would Australian-style gun laws work in America

25 JUNE 2016

Among Young Britons, Fear and Despair Over Vote to Leave EU
Australian leaders launch Brexit scare campaigns to woo voters
Bernie Sanders Campaign Showed How to Turn Viral Moments Into Money
‘Brexit’ Aftershocks: More Rifts in Europe, and in Britain, Too
‘Brexit’ could halt the growth of California trade with Britain
Brexit could influence Spanish election amid surge in support for hard-left party
Brexit Leaders Prepare to Disappoint Supporters on Migration [it’s only the firs tdisappointment and many others will soon follow]
Britain’s EU commissioner, finance chief Hill, says resigning
Brits search for Irish passports after Brexit vote
China cuts contact with Taiwan liaison body over Tsai
David Cameron’s Luck Runs Out, Leaving Conservatives in Limbo
Debris in Tanzania to be examined for link to missing MH370 -report
Energy Transfer Wins Ruling on Escaping Williams Deal
Erdogan meets Hamas leader as settlement talks loom large
EU referendum: Corbyn will fight any leadership challenge
France wants quick British divorce from EU, Germany cautious
How ‘Brexit’ Will Affect the Global Economy, Now and Later
How Britain’s Breakup With the E.U. Could Reshape World Markets
Is ‘Brexit’ the Precursor to a Donald Trump Presidency? Not So Fast
ISIS Said to Abduct Hundreds of Kurdish Civilians in Syria
Israeli forces kill Palestinian female attacker in West Bank
Lessons from pope in Armenia on why ecumenism matters
London’s Mayor To EU Citizens: ‘You Are Very Welcome Here’
Low-Priority Immigrants Still Swept Up in Net of Deportation
Nigel Farage: Arch-eurosceptic and Brexit ‘puppet master’
Nonprofit Work After Retirement? Maybe You Can Make It Pay
Obama Says ‘Special Relationship’ With Britain Will Endure
Pope Francis Condemns ‘Genocide’ of Armenians Before Visit to Memorial
Populist Anger Upends Politics on Both Sides of the Atlantic
S. Nasrallah: Hezbollah Will Reinforce Troops in Aleppo to Achieve Major Victory
Washington Metro Repairs Leave More Commuters Stuck in Traffic
West Virginia Floods Cause 23 Deaths and Vast Wreckage
What is Article 50 and why is it so central to the Brexit debate

26 JUNE 2016

21 highway blockades today in Oaxaca
A Born-Again Donald Trump? Believe It, Evangelical Leader Says
Africa’s Charcoal Economy Is Cooking. The Trees Are Paying
Analysis: Voters’ anger finds a way to express itself in Brexit vote
AP EXPLAINS: Why Spain is voting again after just 6 months
Australian Prime Minister Urges Stability After Brexit Vote
‘Brexit’ in America: A Warning Shot Against Globalization
‘Brexit’ Revolt Casts a Shadow Over Hillary Clinton’s Cautious Path
Brexit: EU spells out procedure for UK to leave
Brexit: Hilary Benn sacked as Corbyn faces ‘no confidence’ pressure
Britain Rattles Postwar Order and Its Place as Pillar of Stability
China State Broadcaster Says 30 Killed in Bus Fire
China-Led Development Bank Starts With $509 Million in Loans for 4 Projects
Countrywide Mortgage Devastation Lingers as Ex-Chief Moves On
European Leaders Tell a Dazed Britain to Get Going on ‘Brexit’
Germany, France Lead Demands For Britain To Negotiate A Quick Divorce
Gunmen storm hotel in Mogadishu; 15 killed, police say
In Search of the Felon-Friendly Workplace
India – 8 Killed in Rebel Attack on Police Convoy in Kashmir
Jack Daniel’s Embraces a Hidden Ingredient: Help From a Slave
Kentucky’s Ark Defies Science but Evokes a Version of Christianity
Merkel: No Need To Be Nasty In Brexit Talks
‘No need to write, David,’ impatient EU tells Cameron
Pope Francis practices the politics of memory in Armenia
Rosneft Agrees to Sell Siberia Stake as Putin Boosts China Ties
Taliban Vows Retaliation as US Resumes Afghan Airstrikes
Was the Orlando Gunman Gay? The Answer Continues to Elude the FBI
What to Do About Guns? John Lewis Revives Civil Rights Tactic
When the Name Was Trump, Buyers Saw a Sign of Trust
When You Dial 911 and Wall Street Answers

27 JUNE 2016

35 Killed Fire in China After Long-Distance Bus Smashes Into Guardrail
After ‘Brexit,’ a Splitting Hangover for the City of London
Air strikes kill 25 children in Syria, says UNICEF
Battered by Storms, West Virginia Struggles to Recover
Brexit: France and Germany ‘in agreement’ over UK’s EU exit
Brexit: UK government calls for calm; Labour leader addresses crisis
Broken Windows Policing [in New York City] Is Racist, and Doesn’t Work, Unless… Unless, the goal is mass incarceration and pushing millions into the criminal justice system
Central Banks Worry About Engaging World Markets After ‘Brexit’
CIA Arms for Syrian Rebels Supplied Black Market, Officials Say
Clashes Draw Support for Teachers’ Protest in Mexico
Donald Trump and RNC See Common Foe: Rogue Delegates
Donald Trump Slips Further Behind Hillary Clinton in New Polls
Former UFC fighter Ryan Jimmo reportedly killed in hit-and-run in Canada
Fractures From ‘Brexit’ Vote Spread Into Opposition Labour Party
Fun’s in the fringe at Australia’s ‘dreary’ election
Heat wave aggravates chronic water problems in occupied West Bank
Hillary Clinton Surprises by Attending Pride Parade in New York
How Housing’s New Players Spiraled Into Banks’ Old Mistakes
India Joins Elite Missile Tech Group Controlling Global Sale
Kidnappers Release Seven Macmahon Workers Held in South Nigeria
Netanyahu sees economic boost from Israel-Turkey deal
North Korea responds to United Nations denunciation of its missiles
Perdue Aims to Make Chickens Happier and More Comfortable
Pope says Christians should apologize to gay people
Singapore Airlines plane catches fire after emergency landing
Spain Remains in Political Deadlock After Prime Minister’s Party Falls Short of Majority
Speak Up or Stay Hidden? Undocumented Immigrants Cautious After Court Ruling
The Right To Choose Survives – Texas Anti-Abortion Law Struck Down By Supreme Court
Three children badly hurt in Scottish rollercoaster crash
Top Chinese envoy in Vietnam as tension looms before court ruling
Tough Choices and Hard Lessons for EU After ‘Brexit’ Vote
Tutors See Stereotypes and Gender Bias in SAT – Testers See None of the Above
UK Treasury Chief Tries to Calm Fears Over ‘Brexit’ Fallout
UN pushes South Sudan parties to solve political disputes
UN: Reports of incendiary weapons in Syria can’t be verified
With ‘Brexit,’ Washington’s Direct Line to the Continent Suddenly Frays

28 JUNE 2016

“Super racist” Red Cross pool safety poster on display in Colorado targeted by Twitter users
A Former Chilean General Has Been Found Liable for the Murder of Singer Victor Jara
A Young Prostitute, Police Scandals and a Rocky Renaissance in Oakland
Allegiant Air breaks into Newark as it adds 3 cities to route map
Anti-Polish attacks shot up after the UK’s Brexit vote – Is globalization to blame
‘Brexit’ Doesn’t Mean Game Over, but It May Be Just the First Domino
Cause of dramatic Singapore Air 777 fire could take months to figure out
Climate Change High on Agenda as Obama and Trudeau Meet for Summit
Crestor has been approved to treat a rare disease affecting several hundred children in America, like Avery Watts, 7 – AstraZeneca Pushes to Protect Crestor From Generic Competition
Diplomatic Deal With Turkey Upsets Israelis Wary of Conceding Too Much
Economic Fears Rising, Britain Hopes to Stay in EU Market
EgyptAir black boxes could yet provide clues
Europe|Order of Business for EU in Brussels? Weeds, Then ‘Brexit’
Exit Polls, and Why the Primary Was Not Stolen From Bernie Sanders
Featured: Here Are 3 Crazy Scenarios In Which Brexit Doesn’t Happen
Gay Catholic Groups Want the Vatican to Do More Than Apologize
Hillary Clinton and Elizabeth Warren Take Aim at Donald Trump
House Democrats Release Benghazi Report to Blunt Republican Inquiry
How Britain Could Exit ‘Brexit’
Iceland adds more misery to England days after Brexit vote
John Oliver Goes Nuclear on Brexit Vote and Warns US Over Trump: ‘There Are No F—ing Do-Overs’
More than 40 killed in Yemen suicide attacks
Muirfield set to hold fresh ballot on admitting female members
Seeking to Improve Ties With Russia, Turkey Apologizes for Downing Warplane – Turkey shot down a Russian warplane in November, saying it had violated Turkish airspace
Supreme Court Complicates Corruption Cases From New York to Illinois
Supreme Court Vacates Ex-Virginia Governor’s Graft Conviction
Top China envoy visits Vietnam ahead of court ruling
US accuses Russia of harassing diplomats
US, Japan, S. Korea conducting first joint ballistic missile defense drill
Volkswagen to Pay $14.7 Billion to Settle Diesel Claims in US

29 JUNE 2016

A Blunt Message After ‘Brexit’: Bolting Will Carry a Heavy Price
Benedict XVI, celebrating anniversary of ordination, thanks Pope Francis for kindness
Brexit’s Impact on Russia Stirs Concern
Democratic Party Platform Committee Supports a Wall Street Tax
Donald Trump Vows to Rip Up Trade Deals and Confront China
Duterte set to take office in Philippines, aiming to destroy ‘Imperial Manila’
Escape Tunnel, Dug by Hand, Is Found at Holocaust Massacre Site
Groups: Syrian peace talks hinge on bombing halt
Gunfire and Panicked Calls on Police Log of Orlando Shooting
He Fled Syria to Avoid Prison. He Ended Up Living in One Anyway
Home explosion kills 1 in Toronto-area town
Ikea Recalls 29 Million Chests and Dressers After 6 Children Die
In ‘Brexit’ and Trump, a Populist Farewell to Laissez-Faire Capitalism
Istanbul Attack Reopens Airport Security Debate
Latest Plan to Cut Medicare Drug Payments Leaves Senators Skeptical
Michelle, Malia and Sasha Obama charm in Africa
More School Choice for Detroit’s Children, Not Better Schools
Mosque attacked in Australia while hundreds worshipped
Netherlands, Italy to Share UN Security Council Seat
North American Leaders Confront Rising Tide of Protectionism
Police in UK arrest 3 after racist ouburst on tram
Queen Elizabeth stays mum on ‘Brexit’ chaos
Reality Check: Have MEPs done ‘proper jobs’
S Korea, US and Japan in first ever joint missile drill
South Sudan rebels, government troops clash, killing dozens
Special EU-UK trade deal may be inevitable even if years in making
Suicide bombers at Turkish airport kill 41, wound hundreds
Syria rebels battle IS at Iraqi border, aim to cut ‘caliphate’ in two
The Latest: Lithuanian Leader Says [the EU should]Listen to the People
The Right-Wing Supreme Court That Wasn’t
Unscathed by Report, Hillary Clinton Faces Emails as Final Benghazi Chapter
VW’s US Diesel Settlement Clears Just One Financial Hurdle

30 JUNE 2016

2 Groups Call to Oust Saudis from UN Human Rights Council
A Maverick Duterte Takes Office as New Philippine President
A Slow, Steady Siege on an ISIS Stronghold in Libya
Army: Palestinian attacks Israelis in West Bank, is killed
As David Cameron Leaves Brussels, EU Leaders Chart Future
As in ’92, This Election Hinges on Pocketbook Issues
Bernie Sanders Returns to the Capitol, His Campaign in Tow
Conservative to Fund Republicans Who Back Climate Change Action
EgyptAir 804: Wreckage and recorder show signs of heat, smoke
E-Mini S&P 500: On the rebound!
Film Academy Broadens Voting Pool After Oscars Criticism
Gun Control Wall, Bolstered by Republicans, Shows a Crack
House Democrats Try to Sustain Push for Gun Control
Istanbul terror attack: Turkey mourns 42 killed as investigators seek answers
Justin Trudeau gets comic book treatment in Marvel tale
Lawmakers Urge John Kerry to Press UN for Haiti Cholera Response
Leadership Battles Are Embroiling Both Major UK Parties in the Wake of Brexit
Letters of fallen Somme soldiers released to mark battle’s centenary
Malaysian opposition politician charged with graft
Nearly All US Banks Pass Fed’s Stress Test
Obama, Justin Trudeau and Enrique Peña Nieto Focus on Climate, Both Political and Global
‘Psychic’ crocodile predicts Australia’s election
Puerto Rico Relief Measure Clears Senate, Goes to Obama
Puerto Rico rescue bill clears Congress days before debt cliff
Read the Remarks From the ‘Three Amigos’ [Mexico, USA & Canada] Summit Press Conference
Syrian Refugee Finds $55,000 Cash, Turns It In To German Police
The EU Is Democratic – It Just Doesn’t Feel That Way
Trump Institute Offered Get-Rich Schemes With Plagiarized Lessons
Turkey, a Conduit for Fighters Joining ISIS, Begins to Feel Its Wrath
UK – NUT strike: why are teachers set to strike on July 5
Why China Is Ready for Rodrigo Duterte
Wyoming Schools Look for a Middle Way for Transgender Students

—————————————-
<EOF>

Collectif Ré-création à Chaumeçon – Nature, Ruralité & Citoyenneté

Collectif Ré-création à Chaumeçon

Nature, Ruralité & Citoyenneté

Pour une reprise de la base départementale de Chaumeçon :

Au service de la vie locale, du Morvan, du département, de la région,

de leurs visiteurs et au-delà !

http://www.r-creation.fr / contact@r-creation.fr

Bonjour à tous,

Le collectif citoyen Ré-création à Chaumeçon s’est tout nouvellement constitué autour de six habitants voisins de la base départementale de Chaumeçon.

Il a pour buts :

1) d’informer la localité et la région sur la base, sa situation, son environnement, son potentiel, la situation actuelle autour de sa reprise en 2017 et sur les propositions connues pour cette reprise.

2) de mobiliser toutes les personnes physiques ou morales susceptibles de soutenir sa demande auprès du Conseil Départemental de « ne confier la gestion de tout ou partie de la base qu’à une entité capable de respecter et de mettre en œuvre le principe énoncé par le collectif. * »

3) de concrétiser une proposition de reprise globale de la base – pour une mise en service évolutive de l’ensemble du site dès mars 2017 – visant à transformer cette base « de 1ère génération », en un site plus ambitieux, innovant et respectant le principe énoncé, au service de la vie locale, du Morvan, du département, de la région, de leurs visiteurs et au-delà ; conçu, géré et exploité dans le temps de façon la plus collective, démocratique, participative, locale, autonome et pérenne possible et accompagné d’un réseau de voisins, prestataires et organismes partenaires. .

=> Accéder directement à : “la proposition en dessin”, “En bref” ou “La Synthèse” du collectif.

=> Rendez-vous sur le site du collectif http://www.r-creation.fr pour :

Vous informer, Soutenir, Agir

Ce que nous souhaitons être une très belle aventure et un très beau projet collectifs débute aujourd’hui :

Nous espérons que vous aurez à cœur de les vivre avec nous !

Jérôme AMIET, habitant, loueur de gîtes et porteur de projets à Chalaux,

Rose-Marie BAJOUX, habitante de Saint Martin du Puy, assistante éducation et membre de l’association “Fleur Jersiaise”,

Hervé BERTHIER, habitant de Saint Martin du Puy et prestataire d’activités nautiques

Françoise BOURGEOIS, habitante de Marigny l’Eglise et agent immobilier à Lormes

Philippe BRIARD, habitant, hôtelier restaurateur et traiteur à Brassy, membre de l’association « Morvan Tourisme » et de l’ACAPS

Mathieu LETISSIER habitant de Lormes et prestataire de randonnée en canoë.

PS : Si les liens ne fonctionnent pas directement sur ce mail, vous trouverez en PDF le même courrier que le présent.

* “La base départementale de Chaumeçon doit servir l’intérêt collectif le plus large localement, régionalement et globalement, dans son intégrité et sans limite de durée :

· sur un principe de solidarité et d’utilité sociale,

· de façon cohérente et respectueuse au regard : du site ; de sa situation ; de son environnement global (social, économique, culturel, bâti et naturel) ; de son potentiel et de la nature sauvage et paisible du lac de Chaumeçon,

· en concourant à une dynamique sociétale participative favorisant l’émergence de consensus,
· de façon la plus autonome possible financièrement”

Echantillon aléatoire, échantillon par quotas : les enseignements de l’enquête EVS 2008 en France

Version post-colloque francophone sur les sondages, mars 2010, Tanger (Maroc)[Ceci est une version originale de Pierre Bréchon, “Random Sample, Quota Sample: The Teachings of the EVS 2008 Survey in France”, Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, 2015, 126: 67-83]

 

 

Echantillon aléatoire, échantillon par quotas : les enseignements de l’enquête EVS 2008 en France[1]

 

 

BRÉCHON, Pierre,

professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble,

chercheur à PACTE (UMR CNRS 5194), France,

président d’ARVAL, association pour la recherche sur les systèmes de valeurs.

 

 

 

Les tenants de la théorie statistique refusent très souvent catégoriquement les échantillons par quotas parce qu’ils ne permettraient pas d’accéder à une bonne représentativité. En effet, cette procédure ne désigne pas la personne à interroger en fonction d’un choix aléatoire; l’enquêteur garde une certaine liberté de choix des enquêtés. Les enquêtés ont finalement des chances très différentes d’être sélectionnés puisque, en l’absence d’un individu correspondant aux quotas recherchés dans le premier ménage où il se présente, l’enquêteur passe au ménage d’à côté. Seuls les échantillons aléatoires permettraient de véritablement connaître le tout à partir d’une estimation sur une petite parcelle de population, puisqu’ils n’autorisent pas de substitution entre individus sélectionnés selon une procédure aléatoire. On peut calculer un taux de non contact et de refus, ainsi qu’une marge d’erreur, toutes choses sécurisantes aux yeux du statisticien.

 

Le poids des statisticiens dans l’organisation des enquêtes internationales de sciences sociales à conduit à interdire (en principe) la méthode de l’échantillonnage par quotas (c’est le cas aussi bien pour la European Social Survey (ESS) que pour l’International Social Survey Programme (ISSP) ou la European Values Survey (EVS). Or, dans de nombreux pays, dont la France, la réalisation d’enquêtes par échantillon aléatoire est particulièrement difficile et onéreuse, pour des avantages de qualité des données qui ne se vérifient pas toujours dans la pratique. C’est ce qu’on essaiera de montrer à partir d’une expérimentation faite sur la partie française de l’enquête EVS de 2008[2].

 

Le dispositif d’enquête prévu

La coordination internationale de l’enquête EVS demandait en 2008 que l’échantillon soit pour chaque pays d’au moins 1500 individus, sélectionnés selon la méthode aléatoire. Un tel nombre est suffisant pour faire de la comparaison entre pays européens, mais pas pour exploiter finement les données au niveau national et pouvoir tirer des conclusions sur l’évolution de différentes sous catégories de population. Vu les coûts très importants d’une enquête aléatoire, vu aussi la tradition française antérieure d’enquêtes EVS par quotas, vu enfin notre désir de pouvoir comparer méthodologiquement les réponses entre échantillon aléatoire et par quotas, il fut décidé de couper l’échantillon en deux parties et de réaliser la moitié des entretiens sur la base d’une sélection aléatoire, alors que l’autre serait réalisée selon un processus de quotas, renforcés par rapport à ce que pratiquent le plus habituellement les instituts de sondage. L’enquête devait donc comporter 3000 individus, avec deux ensembles de 1500 réponses[3].

 

Estimant qu’un bon échantillon de sondages repose assez largement sur une forte dispersion géographique, il fut décidé de limiter le nombre d’entretiens par zone à six et donc de sélectionner aléatoirement 250 communes[4] (ou arrondissements pour Paris, Lyon et Marseille) pour chaque sous échantillon, selon une matrice par région et taille d’agglomération, au prorata de sa part dans la population française métropolitaine de 18 ans et plus,  soit 500 zones géographiques de recueil au total.

 

L’échantillon aléatoire

Il faut rappeler qu’on ne peut réaliser en France comme dans de très nombreux pays, au sens strict, de bons échantillons aléatoires d’enquêtes d’opinion pour au moins trois raisons :

  • Les listes exhaustives d’individus ou de ménages français sont très rares et ne sont pas accessibles pour la recherche publique. Seul l’INSEE peut réutiliser, pour ces propres enquêtes, les listes des bulletins individuels du recensement[5].
  • Trouver la personne sélectionnée sur la liste n’est pas évident, malgré un nombre élevé de passages au domicile ; et il est plus facile de joindre les personnes appartenant à un ménage de plusieurs membres que les personnes vivant seules et très souvent absentes de leur domicile.
  • Dans un pays démocratique, la réponse à une enquête d’opinion n’est jamais obligatoire[6]. Les personnes sélectionnées peuvent donc toujours refuser de répondre, malgré les efforts de l’enquêteur pour inciter à participer au processus. Et on sait que la situation sociale des interviewés et le thème de l’enquête peuvent introduire une acceptation différentielle de l’entretien[7].

 

Du fait de l’absence de liste exhaustive de population, la méthode la plus souvent appliquée lorsqu’on veut réaliser une enquête aléatoire (administrée au domicile) est une sorte de substitut d’échantillon aléatoire, selon la technique du random route (méthode des itinéraires). Sur la base d’un choix aléatoire de points géographiques de départ, l’enquêteur suit un cheminement imposé pour arriver à une porte de logement. Il ne choisit donc pas qui il veut dans la limite de ses quotas, il doit interviewer un individu déterminé « aléatoirement » par le hasard du cheminement. L’un des problèmes de la méthode (utilisée notamment pour réaliser les eurobaromètres) est la difficulté de décrire un cheminement adapté à la fois au milieu rural et urbain, ce qui rend aussi difficile le contrôle du travail des enquêteurs : les indications données pour le cheminement ne sont pas toujours évidentes à suivre et en refaisant le parcours, un contrôleur n’arriverait pas forcément à la même porte. De plus, les enquêteurs peuvent être tentés de pratiquer une substitution avec un voisin lorsqu’une personne, normalement désignée, refuse de répondre. Pour parer en partie à cet écueil, la méthode utilisée en France pour l’enquête European Social Survey (ESS), – méthode mise au point par l’institut ISL – consiste à envoyer un premier enquêteur sur le point géographique sélectionné, chargé de relever selon le principe de la « route aléatoire » des adresses sur des boîtes aux lettres. Quelques jours ou semaines plus tard, un autre enquêteur prend contact avec les ménages figurant sur la liste préalablement établie. C’est cette méthodologie, très coûteuse mais en principe plus rigoureuse, qui a été également retenue pour l’enquête EVS.

 

En fonction de l’expérience d’autres enquêtes (notamment ESS), il avait été prévu de constituer une liste de 3750 noms [8], soit 15 par zone géographique; mais, dans un premier temps, deux adresses étaient gardées « en réserve », soit 500 adresses de secours. Le ratio entre adresses disponibles (3750) et entretiens attendus (1500) était donc de 2,5, correspondant à un taux minimal de réussite de 40 %[9]. Mais l’objectif était de faire mieux (60 %), sans espérer atteindre l’objectif utopique de 70 % demandé par la coordination européenne[10]. Pour cela, cinq visites au domicile, à des moments différents de la journée et de la semaine, étaient prévues (au moins une le week-end et une en soirée).

 

Les enquêteurs ont alors cherché à obtenir, dans chaque ménage dont l’adresse avait été préalablement sélectionnée, la réponse d’une personne, elle-même choisie aléatoirement (selon la méthode Kish, après avoir établi à l’arrivée au domicile la liste de ses habitants permanents).

 

L’échantillon par quotas

La seconde moitié des entretiens a été obtenue selon une méthode dite par « quotas renforcés » comportant un quota croisé entre sexe et âge (18-29 ans, 30-44 ans, 45-59 ans, 60 ans et plus, soit huit catégories), la profession du chef de ménage (actuelle ou dernière exercée) en six catégories (agriculteurs, artisans, commerçants; cadres supérieurs et professions libérales; professions intermédiaires; employés; ouvriers; inactifs résiduels), le niveau de diplôme en cinq groupes (aucun; CEP, BEPC, brevet élémentaire; CAP, BEP; baccalauréat général, technologique ou professionnel; diplôme supérieur au bac). L’introduction de ce dernier critère pour établir un modèle réduit de la population alourdit nettement les contraintes de l’enquêteur mais assure une bien meilleure représentativité des échantillons, comme on pourra le vérifier par la suite.

 

La réalisation du terrain

Au fur et à mesure de l’avancement du terrain, il apparut que la réalisation de la partie aléatoire était lente[11], du fait de la difficulté à obtenir les entretiens et du nombre exigé de visites avant d’abandonner l’exploitation d’une adresse. Il fallut en fait injecter les adresses en réserve vers la mi-juillet et parfois même inclure une adresse supplémentaire pour pouvoir arriver aux 1500 entretiens attendus[12]. Le tableau 1 ci-dessous présente le bilan. 3993 adresses ont été utilisées. Un contact n’a pu être établi qu’avec 74 % des adresses, certains logements pouvant se révéler vacants et d’autres ne connaître qu’une présence très intermittente de leurs occupants. Le contact avec l’individu aléatoirement sélectionné a de fait été établi pour 49 % des ménages. Du fait du refus de certains individus choisis, le taux de succès par rapport à la liste de population représentative n’est finalement que de 37.6 %, ce qui est faible. Sur les personnes ciblées, le taux de succès est bien sûr bien meilleur (76.8 % acceptent) et peut même être considéré comme bon, par rapport à tout ce qu’on sait des attitudes croissantes de refus de réponse aux enquêtes[13]. L’essentiel du problème réside en fait dans la difficulté à établir le contact avec certains ménages et individus aléatoirement sélectionnés.

 

Tableau 1 : Taux de succès de l’échantillon aléatoire

 

Adresses exploitées

 

3993

% sur les adresses % sur les contacts avec le ménage % d’acceptation par la personne sélectionnée
Contacts établis avec le ménage  

2952

 

74

 

 

Contacts avec l’individu choisi  

1952

 

49

 

66.1

 

Entretiens réalisés 1501 37.6 50.1 76.8

 

Notons aussi que le suivi sociodémographique de la constitution de l’échantillon (tableau 2) faisait apparaître début juillet un sensible manque de jeunes de 18 à 29 ans (dû uniquement à l’échantillon aléatoire). Le déficit de jeunes était pour nous très problématique. Nous souhaitions en effet disposer d’un échantillon d’au moins 600 personnes de 18-29 ans, du fait d’engagements pris auprès d’un partenaire intéressé par les valeurs des jeunes Français. Nous avons donc décidé – après beaucoup d’hésitations –  d’inclure un échantillon complémentaire de 70 jeunes de 18-29 ans par quotas pour corriger le manque de jeunes dans la partie aléatoire de l’échantillon.

 

Comparaison des deux échantillons : aspects infrastructurels

 

Sur les caractéristiques sociodémographiques constitutives des quotas

L’échantillon final par sexe et âge (toujours tableau 2) confirme ce qu’on voyait se profiler en cours de route : l’échantillon aléatoire est trop féminin et trop âgé. L’échantillon par quotas est au contraire très proche des pourcentages recherchés.

 

Tableau 2. L’échantillon (aléatoire et par quotas) selon le sexe et d’âge (% verticaux)

Population

recherchée

18 ans et  +

Début juillet (sur 1726) Final fin août par catégorie Complé-

ment

jeunes (70)

Total

final

(3071)

Aléatoire

(838)

Quotas

(888)

Aléatoire

(1501)

Quotas (1500)
Hommes 47.9 43.9 – 4 46.3 – 1.6 45.5 – 2.4 47.1 – 0.8 48.6 46.4
Femmes 52.1 56.1 + 4 53.7 + 1.6 54.5 + 2.4 52.9 + 0.8 51.4 53.6
18-29 ans 19.3 13.9 – 5.4 19.5 + 0.2 15.8 – 3.5 19.7 +0.4 98.6 19.6
30-44 ans 26.3 27.4 + 1.1 26.9 + 0.6 26.2 – 0.1 26.3 =   1.4 25.7
45-59 ans 26.0 24.9 – 1.1 24.1 – 1.9 25.8 – 0.2 25.3 – 0.7 25.0
60 ans et + 28.4 33.8 + 5.4 29.5 + 1.1 32.1 + 3.7 28.7 + 0.3 29.7

 

Le manque de jeunes de la partie aléatoire de l’échantillon est d’abord dû à deux phénomènes structurels :

– les échantillons de ménage, pris comme base pour une représentation des individus, surreprésentent les individus vivant dans des ménages de petite taille (une ou deux personnes), dont la moyenne d’âge est plus élevée.

– les échantillons sont uniquement constitués de ménages ordinaires : tous les jeunes vivant en résidences universitaires et en foyers de jeunes travailleurs échappent largement à l’enquête car ils sont très peu présents au domicile parental, même le week-end.

De plus la mobilité des jeunes et la fréquence de leurs sorties fait qu’il est plus difficile de les contacter (ce qui est se vérifie aussi bien dans l’échantillon aléatoire que par quotas).

 

Le déficit d’hommes s’explique largement par leur plus fort taux d’activité professionnelle et leur moindre présence au domicile.

 

Considérons à présent l’échantillon obtenu du point de vue du groupe socioprofessionnel (tableau 3). Pour la partie par quotas, on se réfère au groupe professionnel, actuel ou passé, du chef de ménage, qui était déclaré par l’enquêté en début d’entretien. Pour la partie aléatoire, on considère le groupe socioprofessionnel actuel ou passé de l’individu, tel que mesuré dans la partie sociodémographique de l’échantillon. Les deux ensembles comportent quelques écarts, mais relativement limités : le manque le plus important concerne les professions indépendantes, fortement sous-représentées dans les deux sous-échantillons. Ces catégories, aux horaires professionnels très chargés, répondent plus difficilement aux enquêtes, et la forte longueur du questionnaire est probablement très rédhibitoire pour ces catégories de population. On observe aussi un excès sensible de professions intermédiaires dans l’échantillon aléatoire.

 

Tableau 3. L’échantillon final (par quotas et aléatoire) selon le groupe socioprofessionnel

  Partie par quotas Partie aléatoire
  Recherché

par institut*

Obtenu

quotas

GSP  actuel  ou  passé** Obtenu

aléatoire

Agriculteur, artisan, commerçant 12.4   7.9 – 4.5 9.1   5.7 – 3.4
Cadre supérieur, profession libérale 15.3 17.3 + 2.0 12.5 13.9 + 1.4
Profession intermédiaire 19.3 18.9 – 0.4 19.7 24.4 + 4.7
Employé 15.8 17.9 + 2.1 27.5 25.4 – 2.1
Ouvrier 29.5 29.5    0.0 22.4 24.3 + 1.9
Inactif résiduel   7.6   8.4 + 0.8   8.8   6.3 + 2.5

* profession actuelle ou passée du chef de ménage; source RGP 1999, mise à jour par l’enquête emploi 2005.

**  profession actuelle ou passée de l’individu, d’après enquête emploi 2008.

 

En termes de niveau scolaire, l’échantillon par quotas a été calé sur le niveau de diplôme le plus élevé obtenu, pour éviter une tendance à la surévaluation. Par ailleurs, la partie sociodémographique du questionnaire mesure (pour l’ensemble de l’échantillon) le plus haut niveau d’études atteint (tableau 4). Pour ces deux indicateurs, on dispose de données INSEE qui permettent de juger de la qualité de l’échantillon. La partie par quotas montre un manque de faibles diplômes et un excédent de diplômes plus élevés. C’est avec l’indicateur de niveau d’études que les écarts sont les plus forts, tout particulièrement pour l’échantillon aléatoire, avec un excédent de 7,8 points d’études universitaires par rapport à la structure recherchée. Les écarts sont beaucoup plus faibles pour l’échantillon par quotas, même si les personnes de niveau primaire y sont aussi assez sous-représentées (au profit des niveaux scolaires intermédiaires). On sent bien qu’il est, quelle que soit la méthode utilisée, difficile de faire accepter l’enquête par des personnes de faible niveau culturel et social, tout comme il est difficile de la faire accepter par les groupes professionnels les plus investis dans leur emploi et peut-être par les moins « relationnels »[14].

 

Tableau 4. L’échantillon final (par quotas et aléatoire) selon le niveau de diplôme

  Recherché* Obtenu

aléatoire

Obtenu

quotas

sur quotas

sur aléatoire

Aucun diplôme 18.0 17.0 – 1.0
Certificat études, BEPC, BE 26.2 22.0 – 4.2
CAP, BEP 23.8 24.9 + 1.1
Bac général, techno et profes. 13.7 14.3 + 0.6
Diplôme supérieur au bac 18.3 21.7 + 3.4
École primaire 25.5 17.6 19.2 – 6.3 – 7.9
Collège (6ème-3ème), CAP, BEP 34.6 33.5 39.4 + 4.8 – 1.1
Second cycle lycées 17.0 17.9 17.2 + 0.2 + 0.9
Études supérieures 22.8 30.6 23.6 + 0.8 + 7.8
Indéterminé   0.4   0.6

* Statistique INSEE sur la base du recensement 1999 de la population, avec redressement fin 2007.

 

 

Sur d’autres dimensions socioculturelles

Si l’échantillon par quotas apparaît plutôt de meilleure qualité sur les tableaux jusque là présentés, on peut objecter que c’est en fait normal puisque les quotas sont justement prévus pour permettre une bonne représentativité sur ces critères contrôlés. C’est en fait sur d’autres variables qu’il faut comparer les deux échantillons pour évaluer leur qualité respective. C’est ce que fait le tableau 4 sur un ensemble de variables socioculturelles, en retenant celles pour lesquelles les écarts sont sensibles.

 

Tableau 4. Différences socioculturelles les plus importantes selon l’échantillon aléatoire et par quotas (sans pondération)

  Obtenu

Aléatoire

Obtenu

Quotas

Ecart
Habite une commune de – de 5000 habitants 35.3 27.1   8.2
de 5000 à 50 000 habitants 18.9 20.0   1.1
de 50 000 à 500 000 habitants 24.5 25.2   0.7
+ de 500 000 habitants 21.4 27.6   6.2
Emploi 30 heures et – 47.3 41.6   5.7
Emploi moins de 30 heures   6.4   7.6   1.2
Retraité 30.0 27.9   2.1
Femme au foyer   5.9   7.7   1.8
Étudiant   3.7   5.1   1.4
Chômeur, handicapé    6.3   9.8   3.5
Plus hauts revenus du ménage (par UC) 45.5 35.4 10.1
Français d’origine 80.0 78.2   1.8
Français d’origine étrangère 17.3 17.2    0.1
Étranger   2.7   4.6   1.9
Marié 46.3 43.6   2.7
Jamais marié vivant en couple 25.5 32.2   6.7
N’a pas eu d’enfant ou un seul 43.4 44.4   1.0
Deux enfants 30.1 26.5   3.6
3 enfants et plus 26.5 29.2   2.7
Membre d’au moins une association 44.6 36.8   7.8
Catholique 44.6 41.8   2.8
Musulman   3.1   4.2   1.1
Autre religion   3.3   3.6   0.3
Sans religion 31.8 30.4   1.4
Athée convaincu 17.3 19.9   2.6

 

On observe tout d’abord un excédent de ruraux (8.2 points) et un déficit d’habitants des grandes villes (6.2 points) dans l’échantillon aléatoire. Ceci est confirmé par la région de résidence (non présentée dans le tableau 4) : la région parisienne (au sens ZEAT) ne représente que 13.3 % de l’échantillon aléatoire mais 18.9 % de l’échantillon par quotas. Si la distribution régionale a bien été respectée dans la partie par quotas, elle ne put l’être pour la partie aléatoire. La réalisation du nombre d’entretiens désiré n’a été possible qu’en compensant les manques des régions parisienne et méditerranéenne par des excédants dans le Sud Ouest, le Sud Est, le Bassin parisien Ouest et l’Ouest. Il semble en fait très difficile de réunir (dans un temps raisonnable, ici 4 mois) les entretiens prévus dans des grandes villes où les gens sont peu présents à leur domicile. Dans les zones rurales ou semi-urbaines, l’échantillonnage aléatoire a un bien meilleur rendement. Néanmoins l’échantillon aléatoire comporte un pourcentage d’actifs à plein temps sensiblement supérieur à l’échantillon par quotas (5.7 points). Les actifs sont très difficiles à joindre dans les villes. Ce qui a probablement des effets sur le niveau de revenu des ménages. C’est pour cette variable que l’écart est le plus important : 10.1 points.

 

De même qu’il est plus difficile d’obtenir des catégories à faible niveau scolaire dans l’échantillon aléatoire, il y est plus difficile de représenter la population de nationalité étrangère. Celle-ci est en fait un peu sous évaluée dans les deux parties de l’échantillon (5.7 % dans la population française, d’après l’INSEE[15]).

 

Quelques écarts apparaissent quant aux situations familiales, notamment pour les personnes jamais mariés ni pacsées mais vivant en couple : ces dernières sont plus présentes dans l’échantillon par quotas, du fait probablement de son caractère plus urbain (6.7 points d’écart).

 

Un écart sensible (7.8 points) existe pour les adhésions associatives : selon l’échantillon aléatoire, les Français sont sensiblement plus associatifs que selon l’échantillon par quotas. Par contre les écarts dans les appartenances religieuses sont faibles. On peut cependant noter que les deux échantillons représentent la minorité musulmane[16], mais en la minimisant.

 

 

 

 

Comparaison des deux échantillons : aspects superstructurels

 

Sur l’ensemble des opinions et valeurs mesurées  dans l’enquête

Si, comme on vient de le voir, quelques différences socioculturelles entre les deux échantillons sont sensibles, elles ne semblent avoir que des effets limités sur les opinions et les valeurs. Une comparaison systématique de toutes les variables de l’enquête triées selon le type d’échantillon montre que, dans l’immense majorité des cas, les différences sont très minimes. Le tableau 5 présente à nouveau les différences les plus importantes (dont le degré de significativité est, d’après les V de Cramer, toujours très faible ou inexistant). Il présente les résultats à la fois sans et avec  pondération.

 

Tableau 5. Différences d’opinions et valeurs les plus importantes selon l’échantillon aléatoire et par quotas

  Résultats bruts Résultats pondérés
  Aléatoire Quotas Aléatoire Quotas
Insatisfait de son travail (positions 1 à 4)   8.8 11.9   8.3 11.7
Couples homosexuels peuvent adopter des enfants 36.6 40.4 35.5 39.8
Confiance au parlement 51.7 46.1 47.1 45.7
Confiance au gouvernement 34.7 29.5 33.3 30.1
En démocratie, le système économique fonctionne mal 52.3 56.4 57.5 56.6
Très libéral en économie (échelle avec v194-v199) 27.6 23.3 24.3 23.6
Très matérialiste d’après échelle

(v69 v72 v137 v140 v176 v201C v202C v203 v295)

 

33.7

 

38.7

 

40.8

 

39.5

Très forte permissivité privée (v240 à v244) 23.6 27.6 23.9 25.0
Croire à l’enfer 16.9 23.3 19.1 23.2
Croit à l’efficacité des porte-bonheur (positions 6-10) 14.9 18.9 17.4 19.2

 

Les individus de l’échantillon par quotas apparaissent un peu plus critiques sur les dimensions considérées (plus insatisfaits de leur travail, moindre confiants au parlement et au gouvernement, plus critiques à l’égard du fonctionnement démocratique…), ils sont aussi plus matérialistes, plus attachés à la permissivité et aux libertés des comportements et des choix individuels, davantage croyants à l’enfer et à l’efficacité des porte-bonheur. Ces attitudes peuvent probablement assez bien s’expliquer par le caractère plus jeune et plus urbain de l’échantillon par quotas.

 

On observe aussi que l’introduction des pondérations ne modifie que très peu les réponses par quotas mais sensiblement plus les données aléatoires du fait de leur écart  plus important avec la structure de la population française.

 

Sur le degré de participation sociale et politique

Si les critiques des théoriciens de la statistique à l’égard des échantillons par quotas sont justes, si notamment cette méthodologie permet d’accepter facilement le refus de répondre d’un enquêté potentiel et de lui substituer son voisin pourvu qu’il entre dans les quotas (alors que dans un sondage aléatoire, l’enquêteur serait contraint d’insister pour obtenir la réponse de la personne sélectionnée aléatoirement), les répondants d’un échantillon recueilli par quotas devraient se révéler plus participatifs dans la vie sociale et politique, plus désireux de s’exprimer, plus compétents et sophistiqués dans les domaines sociaux et politiques[17].

 

Un premier résultat (déjà présenté au tableau 4) discrédite plutôt l’hypothèse puisque les personnes de l’échantillon aléatoire sont plus souvent membres d’une association que celles de l’échantillon par quotas (écart de 7.8 points non pondéré), pourtant censé davantage participer à la vie sociale et politique. Pour toutes les autres variables de participation et de compétence testées, les écarts sont souvent faibles (tableau 6), mais ils sont aussi le plus souvent contraires à l’hypothèse formulée.

 

Les personnes de l’échantillon aléatoire sont en brut légèrement plus sociables que celles de l’échantillon par quotas : elles font un peu plus confiance aux autres, elles se déclarent un peu plus altruistes, elles se révèlent moins craintives à l’égard de la construction européenne, aussi moins inquiètes pour leur sécurité. Par contre, elles sont un peu plus sélectives à l’égard des catégories de voisins indésirables (seule variable qui va plutôt dans le sens de l’hypothèse envisagée). Concernant le rapport à la politique, toujours en brut, l’échantillon aléatoire est plus politisé, moins abstentionniste, plus soucieux du développement de la démocratie, toutes choses qui infirment l’hypothèse d’un échantillon aléatoire moins politisé et participatif que l’échantillon par quotas[18]. Notons que la prise en compte de la pondération fait là encore beaucoup bouger le résultat du sous-échantillon aléatoire, les écarts sont souvent faibles mais inversés par rapport aux données brutes.

 

Tableau 6. La participation sociale ou politique dans l’échantillon aléatoire et par quotas

  Résultats bruts Résultats pondérés
  Aléatoire Quotas Aléatoire Quotas
Confiance spontanée aux autres 27.0 25.0 23.1 24.6
Confiance forte aux institutions 52.0 51.0 50.0 50.7
Altruisme identitaire fort 47.1 45.9 41.9 45.6
Altruisme social fort 53.7 53.3 51.1 53.0
Sélectivité à l’égard des voisins forte 52.0 48.7 50.2 49.4
Peu xénophobe 51.4 51.1 47.8 50.1
Peine de mort pas justifiée (positions 1-4) 45.2 44.7 42.0 43.7
Craintes faibles à l’égard de l’Europe 51.5 47.3 46.7 46.2
Sentiment d’insécurité faible 48.9 45.9 46.4 46.0
Politisation forte 54.1 50.7 47.2 49.5
Activisme politique fort 45.0 45.3 39.1 43.8
Abstention ou vote blanc à la prochaine élection 19.4 22.8 21.8 23.5
Voterait pour l’extrême droite (FN, MNR, MPF)   4.7   6.9   3.7   5.0
Membre d’un mouvement politique   2.8   2.5   2.7   2.4
Objectif pour le pays : liberté d’expression 45.0 43.5 41.9 42.7
Objectif : participation citoyenne accrue 41.2 40.3 38.2 39.1

 

 

Les intentions de vote en faveur de l’extrême droite méritent un commentaire particulier. On sait que toutes les enquêtes minorent cet électorat pour deux raisons : celui-ci accepte moins que les autres de répondre à des enquêtes et il cache parfois son intention de voter pour un parti souvent considéré comme néfaste. La seconde explication existe aussi bien pour la méthode aléatoire que par quotas. Par contre, selon l’hypothèse des spécialistes critiques de la méthodologie des quotas, la première devrait davantage faire sentir ses effets sur un échantillon par quotas où l’insistance de l’enquêteur à obtenir des entretiens est considérée comme plus faible. L’échantillon par quotas devrait donc avoir moins de partisans de l’extrême droite qu’un échantillon aléatoire. A nouveau, cette hypothèse est démentie. La représentation de l’extrême droite est plus biaisée dans l’échantillon aléatoire que dans celui par quotas.

 

Comparaison des deux échantillons : les sans réponse

Toujours selon la même hypothèse théorique, un échantillon par quotas, puisqu’il est réputé sélectionner des individus plus sophistiqués et participatifs, devrait aboutir à des pourcentages de non réponse plus faibles que dans un échantillon aléatoire. Nous avons, là aussi, testé l’hypothèse. Il faut d’abord souligner que les non réponse avaient commencé à baisser dans l’enquête de 1999 et qu’elles se sont effondrées en 2008. Cette tendance à la baisse se constate aussi dans d’autres enquêtes et peut avoir plusieurs explications :

  • On accepte moins de répondre aux enquêtes par sondages, mais du coup, ceux qui acceptent de le faire seraient des individus plus compétents et répondraient donc davantage à toutes les questions;
  • Les progrès du niveau scolaire entraîneraient un plus fort sentiment de compétence pour répondre à des questions d’opinion;
  • Les enquêteurs auraient gagné en professionnalisme et sauraient mieux relancer les enquêtés pour les inciter à répondre.

 

Mais du fait du caractère important de la baisse des sans réponse dans l’enquête Valeurs de 2008, on ne peut exclure a priori un effet propre à cette enquête, qui pourrait être lié au choix d’un nouvel institut de sondage pour réaliser le terrain de 2008 (institut différent de ceux ayant opéré en 1999 et 1990), institut réputé pour son sérieux[19]. On peut imaginer que les enquêteurs d’un tel institut savent davantage laisser à certains enquêtés le temps de comprendre les questions (et de les répéter lentement une fois si nécessaire) au lieu de débiter le questionnaire machinalement, de façon standardisée et trop rapide. Du coup, les enquêtés auraient un meilleur taux de réponse. Si cette explication est valide, ce qui est indémontrable[20], elle s’applique aussi bien sur l’échantillon aléatoire que par quotas.

 

La considération de l’ensemble des non réponse à l’ensemble du questionnaire montre que les non réponse à beaucoup de questions sont devenues négligeables (concernant moins de 1 % des répondants). Quand on considère les cas où la non réponse concerne au moins un tel pourcentage, on observe globalement que les différences entre les taux enregistrés pour les deux échantillons sont souvent très minimes et ne vont pas toujours dans le même sens. On peut considérer que les sans réponse sont pour les deux tiers des variables légèrement plus élevées dans l’échantillon aléatoire, alors que pour un tiers des cas c’est l’échantillon par quotas qui comporte le plus de non prise de position[21]. Le résultat est donc très incertain par rapport à l’hypothèse. Il apparaît surtout que les deux échantillons sont très proches de ce point de vue et qu’il n’y a pas de tendance systématique, même infime. Le tableau 7 présente les écarts pour les variables où la non réponse est la plus fréquente. La colonne indiquant les écarts manifeste bien leur faiblesse (seulement 4 cas avec plus d’un point).

 

 

 

 

Tableau 7. Taux de non réponse maximal. Comparaison des parties de l’échantillon

 

(% non pondérés)

Obtenu

Aléatoire

Obtenu

Quotas

Ecart
Positionnement sur l’échelle gauche droite 7.7 9.3 1.7
Voterait ou s’abstiendrait à une élection nationale organisée demain 8.3 8.4 0.1
Confiance à l’OTAN 6.4 7.1 0.7
Confiance à l’ONU 3.7 4.1 0.4
Confiance à l’Union européenne 2.2 1.8 0.4
Confiance aux associations de défense de l’environnement 1.8 2.2 0.4
Confiance aux grandes entreprises 1.7 1.6 0.1
Système politique : leader fort 2.5 2.4 0.1
Système politique : gouvernement des experts 3.5 3.4 0.1
Système politique : démocratie 2.1 1.8 0.3
En démocratie, le système économique fonctionne mal 4.4 3.7 0.7
Les démocraties ont du mal à prendre des décisions, trop de disputes 2.4 2.5 0.1
Les démocraties ne savent pas bien maintenir l’ordre 2.7 2.5 0.2
La terre approche le nombre limite d’humains qu’elle peut supporter 6.3 5.9 0.4
Le génie de l’homme permettra que la terre reste vivable 3.4 1.9 1.5
Etre femme au foyer : aussi bien que d’avoir un emploi rémunéré 3.7 3.2 0.5
La plupart des femmes veulent avant tout un foyer et des enfants 2.0 2.9 0.9
Pour s’épanouir, une femme a-t-elle besoin d’avoir des enfants ? 3.1 2.9 0.2
L’homosexualité, toujours ou jamais justifiée (échelle  en 10 positions) 2.4 1.5 0.9
Suicide, toujours ou jamais justifié (échelle en 10 positions) 2.3 1.5 0.8
Croire en Dieu (oui/non) 5.1 3.3 1.8
Croire en une vie après la mort (oui/non) 7.2 6.2 1.0
Croire à l’enfer (oui/non) 3.0 2.9 0.1
Croire au paradis (oui/non) 3.0 2.8 0.2
Croire au péché (oui/non) 1.8 1.4 0.4
Croire dans la réincarnation 4.0 4.3 0.3
A sa propre manière d’être en contact avec le divin 2.8 1.7 1.1
Les églises apportent de bonnes réponses aux besoins moraux 4.8 4.3 0.5
Les églises apportent de bonnes réponses aux besoins spirituels 4.5 3.8 0.7
Les églises apportent de bonnes réponses aux problèmes familiaux 3.8 4.3 0.7
Les églises apportent de bonnes réponses aux problèmes sociaux 3.4 3.5 0.1

 

La non réponse peut avoir en fait plusieurs raisons. Concernant le positionnement sur l’échelle gauche droite, qui était de 21 % en 1990 et 17 % en 1999, ce choix indique à la fois une incapacité à se situer sur une telle échelle (par méconnaissance de l’univers politique) et un rejet de ce cadre de référence. C’est ce qui explique que la non réponse reste assez élevée. Les sans réponse à la question sur le vote ou l’abstention si une élection nationale était organisée demain traduisent aussi probablement à la fois une  difficulté à reconnaître publiquement qu’on pourrait ne pas être un bon citoyen, une difficulté de repérage politique et une absence de sympathie partisane claire, enfin un soupçon porté sur l’ensemble de la classe politique. L’importance des non réponse pour la confiance en l’OTAN et l’ONU s’explique avant tout par une connaissance insuffisante de ces organismes. De même, l’incapacité à dire si notre terre peut ou non supporter un accroissement de population tient au caractère très technique de la question : en rigueur de termes, seuls les économistes et les démographes devraient pouvoir tenter une prudente réponse. Mais évidemment beaucoup acceptent de répondre en fonction de leurs schèmes idéologiques et c’est bien évidemment ce qui a légitimé la question. En matière religieuse, le niveau assez élevé de sans réponse pour un nombre non négligeable de questions s’explique probablement par la sécularisation : un certain nombre de personnes estiment que l’univers religieux ne les concerne pas. Mais les non réponse aux questions dichotomiques sur les croyances peuvent aussi tenir au caractère très tranché des réponses prévues (oui ou non), à une période où beaucoup ont des croyances incertaines.

 

Conclusions

La comparaison structurelle des échantillons a montré des écarts assez sensibles dans les populations sélectionnées, au moins pour certaines dimensions. L’échantillon aléatoire est un peu trop âgé, manque de travailleurs indépendants, est nettement trop rural et pas très bien réparti selon les grandes régions, comporte trop d’actifs, trop diplômé, avec trop de personnes à hauts revenus. Bien sûr, l’échantillon par quotas n’est pas structurellement parfait mais il est moins décalé par rapport à la structure de la population et pas seulement sur les variables contrôlées dans le processus d’échantillonnage.

 

Le problème redoutable expérimenté pendant la réalisation du terrain a donc bien été de réussir à limiter les problèmes de l’échantillon aléatoire, alors que la réalisation du plan d’échantillonnage par quotas s’est révélée sans surprise, et donnant un échantillon plutôt meilleur, à moindre coût. L’hypothèse selon laquelle l’échantillon par quotas ne sélectionnerait pas suffisamment les catégories de population difficiles à interroger se révèle fausse, au moins dans cette étude, menée avec des moyens importants permettant de pratiquer selon des « quotas renforcés »[22]. C’est plutôt l’inverse qui s’est produit dans notre cas : plus diplômé, l’échantillon aléatoire est plus sophistiqué et participatif, il manque – encore plus que l’échantillon par quotas – de minorités défavorisées.

 

Heureusement ces faiblesses ne semblent pas avoir d’effets importants sur les réponses dans les différents domaines de valeurs au centre de l’étude. Ce qui n’est au fond pas très étonnant puisque les relations entre valeurs et variables infrastructurelles ne sont souvent que d’intensité faible ou moyenne. La proximité globale des réponses obtenues dans les deux échantillons permet de conclure qu’il est parfaitement légitime, surtout en utilisant la pondération, qui fait souvent disparaître une partie des différences brutes, de considérer l’échantillon comme un ensemble unique, dont la qualité des données est équivalente.

 

L’introduction du mode d’échantillonnage aléatoire, pour une partie de l’enquête, ne saurait expliquer les évolutions des données de 2008 par rapport aux vagues antérieures. Ces évolutions sont bien liées au changement social à l’œuvre en France comme dans les autres pays européen. A l’inverse, le maintien d’une partie d’échantillon par quotas n’introduit pas de problème particulier quant à la comparaison avec les données des pays utilisant la méthode aléatoire.

 

La qualité d’un échantillon dépend moins du choix de la méthode aléatoire (qui serait nécessairement, par principe, toujours la meilleure) que de la solidité du dispositif prévu, qu’il s’agisse d’aléatoire ou de quotas, du nombre et du choix des critères entrant dans une procédure de quotas, de la qualité du travail d’un réseau d’enquêteurs, de l’établissement de règles strictes quant à la pratique des enquêteurs et du contrôle de ses pratiques, sans compter l’importance du contenu même du questionnaire[23].

 

Pour l’avenir, les coordinations d’enquêtes internationales gagneraient à davantage tenir compte des habitudes nationales en matière d’enquête par sondages. L’échantillon aléatoire est certainement une bonne pratique lorsqu’on peut disposer d’une très bonne liste de population. Le pis-aller du random route – pour tenir lieu de méthode aléatoire – est largement un leurre. L’échantillonnage par quotas, lorsqu’il est pratiqué sur un nombre suffisant de critères et avec des professionnels qui en maîtrisent bien les failles possibles au niveau des enquêteurs, se révèle un très bon mode d’administration, pour un coût qui reste raisonnable.

[1] Je remercie tous ceux qui ont bien voulu me faire part de leurs commentaires sur une première version de ce texte, particulièrement la direction de GFK-ISL (Bernard Mandin, Hervé Bastide, Claire Blanchard), Dominique Joye, professeur à Lausanne, spécialiste des enquêtes internationales, Nicolas Sauger, chargé de recherche FNSP, responsable de l’enquête ESS en France, Yannick Lemel (INSEE), Michel Lejeune (professeur émérite de statistique à l’UPMF, Grenoble), Frédéric Gonthier, maître de conférence de science politique, IEP Grenoble, Benoit Riandey (INED).

[2] Les résultats de cette enquête, comparés à ceux des vagues précédentes (1981, 1990, 1999), sont présentés dans Bréchon Pierre, Tchernia Jean-François (direction), La France à travers ses valeurs, Armand Colin, 2009 et dans Bréchon Pierre, Galland Olivier (direction), L’individualisation des valeurs, Armand Colin, 2010.

[3] Un appel d’offres européen a été lancé pour la sélection de l’institut de sondages, au terme duquel  le terrain de l’enquête a été confié à l’Institut de sondage Lavialle (ISL). Les entretiens ont eu lieu entre mai à août 2008.

[4] Pour les toutes petites communes, un regroupement de plusieurs communes était opéré de manière à avoir au moins 300 ménages dans la zone retenue. De ce fait, il y a eu en fait 283 communes sélectionnées dans la partie aléatoire et 288 dans la partie sur quotas. 86 départements métropolitains ont été touchés par l’enquête. Seuls 10 y ont échappé (Ariège, Aveyron, Corrèze, Corse A et B, Creuse, Hautes-Alpes, Haute-Marne, Lozère, Territoire de Belfort).

[5] La législation vient d’évoluer; normalement les enquêtes répondant à des objectifs de recherche reconnus devraient, après acceptation du dossier par différentes instances, pouvoir accéder à un échantillon de ménages tiré aléatoirement dans le fichier du dernier recensement. On peut craindre que la durée du processus d’acceptation du dossier ne rende la procédure impraticable pour des enquêtes d’opinion sur des sujets d’actualité.

[6] Si elle l’était, on pourrait douter de la sincérité de certaines réponses, extorquées contre la volonté des individus.

[7] Ce biais existe aussi, bien sûr, lorsque la sélection des individus a été faite sur une liste parfaite ! Les statisticiens ont trop tendance à l’oublier. Le sondage d’opinion ne saurait être aussi représentatif que la sélection d’un échantillon d’objets inanimés, par exemple sur une chaîne de montage ou dans un processus de production chimique.

[8] Pour chaque zone géographique sélectionnée, quatre adresses de départ sont choisies aléatoirement, correspondant à 4 ilots. A partir de cette adresse, la personne chargée d’établir la liste recueille 4 noms et adresses de ménages dans les trois premiers ilots et 3 dans le dernier.

[9] Calculé sur le nombre d’adresses sélectionnées, correspondant en principe à des logements occupés. Mais certains logements se trouvent de fait inoccupés. On peut donc calculer aussi un taux de succès non plus sur les adresses de départ mais sur les logements effectivement occupés, ou sur les ménages avec lesquels le contact a été établi, ou encore sur les individus choisis aléatoirement dans chaque ménage. Voir le tableau 1 page 6.

[10] Ce taux de 70 % n’est atteint que pour des enquêtes obligatoires. Selon Romuald Le Lan, « Enquêtes ménages : vers la fin de la baisse des taux de réponse ? », Le Courrier des statistiques n° 128, septembre-décembre 2009, p. 33-41, le taux actuel des réponses pour les enquêtes de l’INSEE auprès des ménages est de 70 à 80 %, mais calculé sur les logements occupés et non pas l’ensemble des adresses sélectionnées. Au dire de l’institut de sondage, habitué aux enquêtes aléatoires, un taux de 70 % peut aussi être atteint pour des groupes spécifiques, très concernés par le sujet de l’enquête, notamment sur des questions de santé publique. De plus, le taux de réussite est très différent selon les régions (faible en région parisienne, fort dans le Nord) et les catégories d’agglomération.

[11] Le nombre d’enquêteurs mobilisés pour l’enquête aléatoire ayant probablement été trop faible au début. Au total, 191 enquêteurs ont réalisé des entretiens, 155 pour la partie aléatoire et 143 pour la partie par quotas. Plus de la moitié des enquêteurs ont réalisé des entretiens selon les deux méthodologies. Les plus productifs, au nombre de 8, ont réalisé entre 45 et 51 entretiens (sur quatre mois). Si l’on considère les plus fortes productivités pour un jour donné, 14 enquêteurs ont réalisé 6 ou 7 entretiens un même jour, 3 en ont fait entre 8 et 10.

[12] Les mois de juillet et d’août ne sont pas très favorables à la réalisation des enquêtes, encore plus en aléatoire que par quotas.

[13] D’après une expérimentation faite sur la vague 4 de l’ESS, une relance par téléphone des individus ayant refusé une première fois permet d’améliorer le taux de retour d’environ 3.5 points. Mais le coût en est élevé.

[14] Du fait de ces différences par rapport à la structure de la population, une pondération a été introduite dans les données pour les deux échantillons sur le sexe, l’âge et le diplôme. Elle n’est pas utilisée dans les tableaux qui précèdent.

[15] Dans l’ensemble de l’échantillon EVS 2008, une fois pondéré, le taux d’étranger est de 5.2 %.

[16] Beaucoup d’enquêtes n’arrivaient pas jusque là à obtenir des entretiens avec des personnes de religion musulmane. Dans l’enquête EVS de 1999, presque tous les musulmans (1.5 % de l’échantillon global de 1821 individus) étaient dans le sur-échantillon de 206 jeunes de 18 à 29 ans. La présence plus importante des musulmans en 2008 tient à deux phénomènes : cette population, aujourd’hui plus éduquée et mieux intégrée, accepte davantage de répondre à un enquêteur. Le fait d’avoir d’un côté un échantillon aléatoire, de l’autre un échantillon par quotas comportant le niveau de diplôme, permet de mieux atteindre cette catégorie de population. La sous-représentation continue cependant. L’estimation la plus souvent citée de leur part dans la population est de 6.5 % (mais ce chiffre pourrait être exagéré), alors que pour l’ensemble des deux échantillons redressés, le taux ressort à 4.5 %.

[17] L’hypothèse a notamment été formulée et testée sur l’enquête eurobaromètre pour la Suisse : Cf. Schöbi Nicole et Joye Dominique, « A la recherche du bon échantillon : Comparaison des résultats entre méthode des quotas et aléatoire », Neuchâtel, Sidos, 2001, 21 p.

[18] L’expérimentation faite en Suisse il y a une dizaine d’année (op. cit.) aboutissait à la même conclusion. Mais les échantillons étaient seulement de 164 réponses aléatoires et de 587 par quotas, ce qui pouvait laisser planer un doute sur le résultat obtenu.

 

[19] Les non réponse ont été programmées par l’institut conformément à nos demandes et donc de la même façon que dans les enquêtes précédentes.

[20] On peut simplement regarder si la durée de l’entretien modifie les taux de sans réponse, quel que soit le sous-échantillon. Le test n’est pas concluant. Les différences des taux de non réponse aux questions du tableau 7 selon la durée des entretiens est  faible et ne vont pas dans le sens d’un effet d’une pratique plus professionnelle de l’enquêteur : les entretiens les plus longs sont aussi ceux où l’on observe le plus de non réponses! En fait le test n’est pas adapté. On ne décèle pas par ce test un éventuel effet lié à la qualité de la pratique des enquêteurs mais simplement un effet lié aux caractéristiques des répondants. Les entretiens longs sont souvent ceux de personnes âgées, n’ayant fait que des études courtes. Leur plus difficile compréhension du questionnaire se traduit par une durée plus longue d’administration. Cependant, une autre observation peut poser quelques questions. La durée moyenne des entretiens varie sensiblement selon les enquêteurs, avec une dispersion assez importante aux marges. Pour une durée moyenne de 61,3 minutes sur le total de l’échantillon, on repère 4 enquêteurs très rapides, avec une moyenne de 33,8 minutes pour le premier (qui n’a fait que 4 entretiens), 36,2 pour le second (qui en a réalisé 14), 42,7 pour le troisième (21 entretiens) et 42,9 pour le quatrième (28 entretiens). A l’autre extrême, il n’y a que deux enquêteurs très décalés, le premier met en moyenne 102,3 minutes avec 7 entretiens réalisés et le second 99 minutes avec 3 entretiens. Sur la manière de repérer les pratiques douteuses de certains enquêteurs, on pourra consulter Patrick Che et Jean-Pierre Pagès, « Absence de rigueur dans les sondages d’opinion : les leçons d’un retour d’expérience », Bulletin de Méthodologie Sociologique, January 2006, n° 89, p. 5-30.

[21] Curieusement, dans le domaine religieux et familial, c’est l’échantillon aléatoire qui comporte en général un peu plus de sans réponse, alors qu’en matière politique cette « domination » est moins nette (tableau 7).

[22] C’est aussi la pratique  adoptée pour les enquêtes électorales françaises de 2006-2007 (CEVIPOF).

[23] Un questionnaire trop long et trop compliqué, avec des questions dont le sens n’est pas complètement évident, comme on peut parfois en trouver dans certaines enquêtes internationales, risque de décourager els enquêtés les mieux intentionnés.

La structure d’ordre dans un tableau croisé – Degré d’association

La structure d’ordre dans un tableau croisé – Degré d’association

Philippe Cibois
(Printemps, Université de Versailles – St. Quentin)

[ceci est une version français originale de : Philippe Cibois, “An Order on Cross-Tabulations and Degrees of Association”, Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, July 2013 119: 24-43, doi:10.1177/0759106313486403, http://bms.sagepub.com/content/119/1/24.full.pdf+html

Résumé. La structure d’ordre dans un tableau croisé : degré d’association. Il est souvent affirmé qu’une structure d’ordre existe dans un tableau croisé quand les marges du tableau disposent d’une telle structure. On peut s’affranchir de ce point de vue et définir précisément une structure d’ordre du tableau lui-même. Comme l’avait déjà remarqué Louis Guttman dans le cas de la scalogram analysis, il faut souvent des déplacements alternatifs des lignes et des colonnes pour parvenir à repérer une échelle. Dans ce cas, c’est bien l’ordre du tableau structuré qui induit un ordre sur les marges et non l’inverse. Cependant Goodman et Kruskal au moment où ils présentent l’indice gamma qui permet de définir l’intensité d’une liaison dans le cas ordonné, n’utilisent que l’ordre des marges, et ils ont été suivis depuis. Il convient de revenir à l’intuition de Guttman et d’utiliser des résultats obtenus ultérieurement pour montrer qu’au moins une approximation d’une structure d’ordre est pratiquement toujours présente sur un tableau. Le tableau croisé issu de questions ordonnées n’est qu’un cas parmi d’autres et inversement un tableau disposant d’une liaison ordonnée forte induit un ordre interprétable sur les modalités des questions. En partant d’exemples réels on montrera que l’on dispose de critères pour définir un ordre sur un tableau, de méthodes formalisées pour rendre apparente la structure associée, de différents indices pour mesurer l’intensité de la liaison, de tests pour en évaluer le degré de signification.

Mots clefs :Tableau croisé, structure d’ordre, indice gamma, indice PEM

Mesurer le degré d’association entre lignes et colonnes dans un tableau croisé est une question qui a été abordée depuis plus d’un siècle. Si l’on ne retient que les méthodes encore utilisées, on trouve le coefficient de contingence de Karl Pearson (1904), le coefficient de Tschuprow (1925), le coefficient de Cramér (1946). Cette question a été traitée dans une série de quatre articles du Journal of the American Statistical Association par Goodman et Kruskal (1954, 1959, 1963, 1972) qui les ont ensuite rassemblés dans un ouvrage (1979). Par contre, l’idée que s’il existe une structure d’ordre sur les lignes et les colonnes, le tableau résultant a une structure particulière qui puisse être repérée a fait l’objet de peu de recherches : ce sera l’objet de notre première partie avant de reprendre le problème du degré d’association.

1. Structure d’ordre d’un tableau à marges ordonnées

Louis Guttman dans le 4e volume de l’American soldier (1950) pose les bases de la scalogram analysis avec laquelle il met en ordre un tableau croisant des réponses et des individus en recherchant par des déplacements alternatifs des lignes et des colonnes à parvenir à une forme homogène dont il déduit un ordre qu’il appelle une échelle. C’est bien l’ordre du tableau structuré qui induit un ordre sur les marges et non l’inverse. Cette technique sera développée ultérieurement par Bertin (1967). Avant de reprendre cette idée, nous montrerons à partir d’exemples, comment se pose le problème.
Supposons un tableau 2 x 2 AiBj dont les marges Ai et Bj possèdent une structure d’ordre définie de la façon suivante A1 > A2 et B1 > B2. Soit l’exemple suivant :

Tableau2X2 B1 B2 Total
A1 140
A2 60
Total 80 120 200

Les marges sont ordonnées mais le tableau lui-même ne possède pas nécessairement une structure d’ordre comme dans le cas suivant

Tableau2X2 B1 B2 Total
A1 56 84 140
A2 24 36 60
Total 80 120 200

En effet, pour la première case A1B1, on voit que le produit des marges divisé par le total est égal à 56, l’effectif observé. Nous sommes donc bien dans le cas d’indépendance entre lignes et colonnes, pourtant ordonnées.
Pour s’écarter de cette situation, on peut soit ajouter, soit retrancher un individu dans cette case A1B1. Si on l’ajoute, on suppose qu’il y a une attraction entre A1 et B1 et par conséquent, puisqu’on se situe dans l’univers fixe des marges, une opposition entre A1 et B2 ainsi qu’entre A2 et B1 et enfin une autre attraction entre A2 et B2. Le déplacement élémentaire est alors le suivant :

B1 B2
A1 +1 -1
A2 -1 +1

Le tableau résultant de ce déplacement est le suivant :

B1 B2 Total
A1 57 83 140
A2 23 37 60
Total 80 120 200

Ce tableau a maintenant une structure d’ordre qui est définie par la structure des signes des écarts à l’indépendance : avant d’envisager une définition de la structure d’ordre, on peut dire qu’un tableau 2 x 2 est ordonné quand une des diagonales porte des écarts positifs et l’autre des écarts négatifs.
On peut répéter le déplacement élémentaire un certain nombre de fois, mais le nombre maximum de déplacements est atteint quand la case A1B1 est égal à 80 du fait de la contrainte de marge (et la case A2B1 est égale de ce fait à zéro:

B1 B2 Total
A1 80 60 140
A2 0 60 60
Total 80 120 200

On a donc opéré 24 déplacements élémentaires qui ont correspondu à la décroissance progressive de la case A2B1 de 24 à 0.
Le déplacement élémentaire avec les signes inverses entraine un tableau qui est dans l’ordre inverse de celui de A et B.

B1 B2
A1 -1 +1
A2 +1 -1

et le maximum de la liaison en sens inverse de la liaison entre A et B est :

B1 B2 Total
A1 20 120 140
A2 60 0 60
Total 80 120 200

Dans ce cas 36 déplacements élémentaires ont été nécessaires. On a donc en tout 60 déplacements auxquels il faut ajouter la situation d’indépendance soit 61 situations possibles (ce qui correspond à la plus petite des marges + une unité). Comme une seule case définit l’ensemble de ce tableau à un seul degré de liberté, on peut donc résumer l’ensemble des cas possibles de la manière suivante en prenant A2B2 comme référence:

60 – 59 – 58 – 57 – 56 ………37 – 36 – 35 4 – 3 – 2 – 1 – 0
Max. de la liaison indépendance………..Max. de la liaison inverse

Si le tableau observé se trouve entre 37 et 60, le tableau est ordonné dans le sens de A et B ; si l’observé se trouve entre 35 et 0, le tableau est ordonné dans le sens inverse de A et B. Tous ces tableaux (sauf celui de l’indépendance) sont munis d’une structure d’ordre définie par les deux déplacements élémentaires et leurs répétitions possibles.
Comme la situation d’indépendance joue un rôle central, on peut, en soustrayant la valeur de l’indépendance à l’échelle précédente, examiner l’échelle des écarts à l’indépendance, toujours pour la case A2B2

+24 +23 +22 +21 +20 ………+1 0 -1 -32 -33 -34 -35 -36
Max. de la liaison indépendance……….. Max. de la liaison inverse

Soit par exemple le tableau des Écarts pour A2B2 = 50

B1 B2
A1 +14 -14
A2 -14 +14

et le tableau pour A2B2 = 30

B1 B2
A1 -6 +6
A2 +6 -6

Cette échelle nous fournit également un indice d’intensité de la liaison en situant un écart par rapport au maximum.
Pour le cas A2B2 = 50, l’écart est de 14 par rapport à un maximum de 24, il représente donc 14 / 24 x 100 = 58,3% du maximum, indicateur que l’on nommera de ce fait PEM Pourcentage de l’Écart Maximum (Cibois 1993).
Pour le cas A2B2 = 30 le maximum de la liaison dans le sens négatif serait de -36, l’écart est de -6 qui représente -6 / -36 x 100 = 16,7% du maximum, que l’on affecte par convention du signe négatif pour indiquer qu’il s’agit d’un écart négatif.
Comme nous l’avons montré (Cibois 1993), il est possible d’étendre la procédure de recherche d’un PEM à chacune des cases du tableau : il suffit d’isoler la case dont on cherche l’intensité de la liaison et de regrouper toutes les autres lignes dans une seule ligne et toutes les autres colonnes dans une seule colonne, ce qui nous ramène au cas du tableau 2 x 2.
En conclusion, dès qu’il n’est plus dans la situation d’indépendance, un tableau 2 x2 possède toujours une structure d’ordre identifiable par un ordre existant sur les marges. Comme dans le cas général, la situation d’indépendance tombe rarement sur un effectif observable, on peut dire que la structure d’ordre est pratiquement générale.

1.1 Un exemple réel : Londres 1911

Nous allons désormais travailler sur un tableau réel pris dans Kendal & Stuart (1961 : 558) et qui donne les résultats d’une enquête faite à Londres en 1911 (noté Londres 4×6 ).
The table (shows the distribution of 1725 school children who were classified (1) according to ther standard of clothing (Very well clad, Welle clad, Poor but passable, Very badly clad), and (2) according to their intelligence (Very able, Distinctly capable, Fairly intelligent, Slow but intelligent, Dull, Mentally deficient or slow and dull)

Londres46 VABL DCAP FINT SLBI DULL DEFI Total
VWEL 39 194 209 113 48 33 636
WELL 15 138 255 202 100 41 751
POOR 4 33 61 70 58 39 265
VBAD 1 10 10 22 13 17 73
Total 59 375 535 407 219 130 1725

Soit le tableau suivant à 3 lignes et 3 colonnes (noté Londres 3×3) obtenu en regroupant les colonnes deux à deux et les lignes 3 et 4 :

Londres33 Intel+ Intel= Intel- Total
Hab+ 233 322 81 636
Hab= 153 457 141 751
Hab- 48 163 127 338
Total 434 942 349 1725

Londres33 peut se décomposer en la somme des deux tableaux correspondant à l’indépendance et aux écarts à l’indépendance :

Indépendance Intel+ Intel= Intel- Total
Hab+ 160,0 347,3 128,7 636
Hab= 188,9 410,1 151,9 751
Hab- 85,0 184,6 68,4 338
Total 434 942 349 1725

Ecarts Intel+ Intel= Intel-
Hab+ 73,0 -25,3 -47,7
Hab= -35,9 46,9 -10,9
Hab- -37,0 -21,6 58,6

Autour de la première diagonale où les écarts sont tous positifs (marqués en gras), tous les écarts sont négatifs. Cependant la notion de diagonale doit être précisée si le nombre de lignes et de colonnes ne sont plus égaux d’une part et même dans le cas d’égalité quand la structure des marges a des effets déformants.

Inégalité du nombre de lignes et de colonne.

Formons un nouveau regroupement de Londres (Londres 2×3) où les colonnes sont regroupées comme précédemment et les lignes 2 à 4 sont regroupées. On a la décomposition suivante :

Londres23 Intel+ Intel= Intel- Total
HabitsSup 233 322 81 636
HabitsInf 201 620 268 1089
Total 434 942 349 1725

Indépendance Intel+ Intel= Intel- Total
HabitsSup 160 347,3 128,7 636
HabitsInf 274 594,7 220,3 1089
Total 434 942 349 1725
Ecarts Intel+ Intel= Intel-
HabitsSup 73 -25,3 -47,7
HabitsInf -73 25,3 47,7

On voit que sur la colonne 2, l’écart positif se trouve dans la 2e ligne.

Contraintes de marges

On fait un nouveau tableau Londres 3 x 3 (Londres33B) en conservant les mêmes regroupements de colonnes mais en rendant les lignes moins équilibrées en ce qui concerne les marges. On regroupe les lignes 1 et 2 (désormais HabA) et on laisse identique les deux lignes restantes (POOR devient HabB et VBAD devient HabC).

On a la décomposition suivante :

Londres33B Intel+ Intel= Intel- Total
HabA 386 779 222 1387
HabB 37 131 97 265
HabC 11 32 30 73
Total 434 942 349 1725

Indépendance Intel+ Intel= Intel- Total
HabA 349,0 757,4 280,6 1387
HabB 66,7 144,7 53,6 265
HabC 18,4 39,9 14,8 73
Total 434 942 349 1725

Ecarts Intel+ Intel= Intel-
HabA 37,0 21,6 -58,6
HabB -29,7 -13,7 43,4
HabC -7,4 -7,9 15,2

On voit cette fois que l’effet diagonal existe toujours mais qu’il est déformé (écarts positifs en gras). On voit ici que le fort poids de la marge HabA a tiré vers la droite et le haut la diagonale des écarts positifs.
Donc, soit pour des raisons de format, soit pour des raisons de contraintes de marges, seules les cases extrêmes de la diagonale sont toujours en écart positif (pour respecter l’ordre des marges). Pour passer d’une extrémité à l’autre, le chemin des écarts positifs peut s’écarter plus ou moins de la diagonale, les écarts positifs étant toujours contigus (latéralement) ou adjacents (en diagonale). C’est l’existence de cette « ligne de crête » où se trouvent les écarts positifs qui isole tous les écarts négatifs qui sera la définition d’un tableau muni d’une structure d’ordre.
Définition : un tableau est muni d’une structure d’ordre quand la diagonale, qui relie (par contiguïté latérale ou par adjacence diagonale) les cases extrêmes définies par l’ordre sur les lignes, correspond à des écarts positifs à l’indépendance. Les écarts négatifs se situent de part et d’autre de cette diagonale.
Décomposons finalement le tableau d’origine de Londres 1911 dont les écarts à l’indépendance sont les suivants :

Londres46 VABL DCAP FINT SLBI DULL DEFI
VWEL 17,2 55,7 11,7 -37,1 -32,7 -14,9
WELL -10,7 -25,3 22,1 24,8 4,7 -15,6
POOR -5,1 -24,6 -21,2 7,5 24,4 19,0
VBAD -1,5 -5,9 -12,6 4,8 3,7 11,5

Une « ligne de crête » relie bien les deux extrémités de la diagonale, elle est plus ou moins large. Tous les écarts positifs situés sur cette ligne sont contigus et/ou adjacents, tous les écarts négatifs se trouvent de part et d’autre de la ligne de crête.

1.2 Situation réciproque

Reprenons maintenant la problématique initiée par Guttman et posons-nous maintenant la question réciproque : si on découvre une structure d’ordre dans un tableau, quel ordre cela implique-t-il pour les lignes et les colonnes ? Prenons l’exemple du tableau suivant : il s’agit d’un tableau issu d’une enquête sur les opinions politiques et syndicales d’ouvriers français en 1970 (Adam 1970) dont on extrait un tableau portant sur la confiance dans les syndicats en fonction du syndicat choisi en cas d’élection professionnelle.
Les lignes du tableau sont ordonnées (« Pour la défense de vos intérêts, faites-vous très confiance, plutôt confiance, plutôt pas confiance, pas confiance du tout à l’action des syndicats ») mais les colonnes sont des réponses à la question suivante : « en cas d’élections professionnelles dans votre entreprise, est-ce que vous voteriez plutôt pour une liste présentée par FO, CFDT, des non-syndiqués, CGT, un syndicat autonome ou indépendant, CFTC, vous ne voteriez pas ? » Voici le tableau d’observation et celui des écarts à l’indépendance

Confiance dans les syndicats FO CFDT Non-Synd CGT Auto CFTC Non-Vote Total
Très confiance 14 24 12 137 11 4 6 208
Plutôt confiance 38 43 22 137 40 12 45 337
Plutôt pas confiance 15 7 19 25 25 4 34 129
Pas conf. du tout 11 13 38 18 25 3 62 170
Total 78 87 91 317 101 23 147 844

Écarts FO CFDT Non-Synd CGT Auto CFTC Non-Vote
Très confiance -5,2 2,6 -10,4 58,9 -13,9 -1,7 -30,2
Plutôt confiance 6,9 8,3 -14,3 10,4 -0,3 2,8 -13,7
Plutôt pas confiance 3,1 -6,3 5,1 -23,5 9,6 0,5 11,5
Pas conf. du tout -4,7 -4,5 19,7 -45,9 4,7 -1,6 32,4

En mettant en relief graphiquement les écarts à l’indépendance positifs on constate des proximités de profils : entre CGT et CFDT (écarts positifs pour les forts degrés de confiance) ; entre FO et CFTC (écarts positifs pour les degrés intermédiaires) et entre Autonomes, non-syndiqués et non-votants (écarts positifs pour les degrés les plus bas de confiance).
On peut réordonner le tableau de façon à retrouver la structure d’ordre définie préalablement où les écarts positifs partitionnent le tableau autour de la première diagonale, les écarts négatifs étant de part et d’autre :

Écarts CGT CFDT CFTC FO Auto Non-Synd Non-Vote
Très confiance 58,9 2,6 -1,7 -5,2 -13,9 -10,4 -30,2
Plutôt confiance 10,4 8,3 2,8 6,9 -0,3 -14,3 -13,7
Plutôt pas confiance -23,5 -6,3 0,5 3,1 9,6 5,1 11,5
Pas conf. du tout -45,9 -4,5 -1,6 -4,7 4,7 19,7 32,4

Il reste à définir ce qu’est l’ordre sur les colonnes : comme en France, les deux syndicats CGT et CFDT sont les plus revendicatifs alors que CFTC et FO ont des positions moins radicales et que les syndicats autonomes sont le plus souvent des syndicats maisons mis en œuvre pour s’opposer aux syndicats contestataires, on peut réinterpréter la question posée en fonction des réponses obtenues. L’ordre sur les syndicats manifeste le degré d’opposition à l’ordre établi (Cibois 1984 : 20-21).

1.3 Recherche d’une structure d’ordre

Le problème précédent était particulièrement simple puisqu’il existait déjà une structure d’ordre sur les lignes et qu’il suffisait donc de quelques permutations sur les colonnes pour mettre à jour la structure d’ordre sur le tableau. Pour résoudre le problème dans le cas général, nous ferons appel à la technique de l’analyse des correspondances car Benzécri (1976 : 279-280) montre que s’il existe une structure d’ordre sur les lignes et les colonnes, le premier facteur d’une analyse des correspondances manifestera cet ordre. On peut le vérifier pour le tableau précédent dont le plan du premier facteur (horizontal) et du deuxième (vertical) permet de retrouver l’ordre sur les lignes et les colonnes.

On peut calculer tous les PEM positifs du tableau et relier les points par un trait d’autant plus fort que le PEM est élevé. Voici le tableau des PEM :

PEM CGT CFDT CFTC FO Auto Non-Synd Non-Vote
Très confiance 45,3 3,9 -29,4 -27,2 -55,8 -46,5 -83,4
Plutôt confiance 5,5 15,8 20,4 14,6 -0,8 -39,5 -23,3
Plutôt pas confiance -48,4 -47,4 2,5 4,7 11,2 6,6 10,8
Pas conf. du tout -71,8 -25,8 -35,2 -30 5,8 27,1 27,6

Précisons sur cet exemple la procédure pour calculer un PEM sur une case (dit PEM local). Soit à chercher l’intensité de la liaison entre la ligne « très confiance » et le syndicat CGT. On réduit le tableau au tableau 2 x 2 suivant sur lequel on peut opérer comme précédemment. On procède de cette façon pour chacune des cases du tableau:

Tableau 2 x 2 CGT Autres colonnes Total
Très confiance 137 71 208
Autres lignes 180 456 636
Total 317 527 844

écart à l’indépendance observé = 137 – (208 x 318 / 844) = 58,9
écart à l’indépendance dans le cas du maximum = 208 – (208 x 318 / 844) = 129,9
PEM local = 58,9 / 129,9 x 100 = 45,3%

Visualisation des PEM locaux dans le plan factoriel :

La structure d’ordre du tableau suit bien le premier facteur (horizontal) de l’analyse des correspondances.
Nous disposons désormais d’une procédure pour rechercher une structure d’ordre dans tout tableau croisé : examinons maintenant la question de l’intensité de la liaison

2. L’intensité de la liaison

Nous recherchons un indicateur nous donnant le degré d’association entre l’ordre des lignes et celui des colonnes. Nous partirons du jugement de Goodman et Kruskal (1954) qui ont repris complètement le problème et proposés des indices d’association qui ne soient plus basés sur le Khi-deux car « The fact that an excellent test of independence may be based on χ2 does not at all mean that χ2, or some simple function of it, is an appropriate measure of degree of association » (1954 : 740). Ensuite nous critiquerons cet indice et proposerons une généralisation du PEM.

2.1 Le gamma de Goodman et Kruskal

Pour présenter cet indicateur, nous réutiliserons les données de Londres d’abord sous forme du tableau 2 x 2 suivant :

Londres22 IntellSup IntelInf Total
HabitsSup 850 537 1387
HabitsInf 119 219 338
Total 969 756 1725

Sur un tel tableau 2 x 2, Yule (1900) définissait un coefficient d’association en utilisant les produits croisés (850 x 219 = 186 150 et 119 x 537 = 63 903) : s’ils sont égaux, il y a indépendance et le coefficient Q d’association est égal au rapport de leur différence sur leur somme :

Q = (186 150 – 63 903) / (186 150 + 63 903) = 122 247 / 250 053 = 0,489

Goodman et Kruskal reprennent cette idée d’utiliser les produits croisés : ils appellent situation d’accord les produits croisés de la première diagonale 850 x 219 (et le symétrique 219 x 850) où, quand on passe d’une case à l’autre, le rang s’élève tant pour les lignes que pour les colonnes. Symétriquement, ils appellent situation de désaccord quand le rang s’élève pour les lignes mais baisse pour les colonnes (ou inversement). C’est le cas de la deuxième diagonale où par exemple de 119 à 537 on passe de la case Habits Inf – Intelligence Sup à la case Habits Sup – Intelligence Inf : on monte dans l’ordre de l’habillement mais on descend dans l’ordre de l’intelligence. C’est donc un cas de désaccord de rang. Formellement, Goodman et Kruskal (1954 : 749) définissent les cas (en proportion) de la manière suivante :

Πs= Pr {a1 < a2 and b1 a2 and b1 > b2}
Πd =Pr { a1 b2; or a1 > a2 and b1 < b2}
Πt = Pr { a1 = a2 or b1 = b2}.

Les cas d’égalité dans le cas présent correspondent aux paires 119-850, 119-219, etc. ainsi que les paires correspondant à l’identité 119-119 etc. : elles ne sont pas pris en compte dans le calcul de gamma.
Goodman et Kruskal définissent Gamma comme γ = (Πs – Πd) / (Πs + Πd) , ce qui dans le cas du tableau 2 x 2 correspond au Q de Yule. Mais ils généralisent : pour comprendre ce qui se passe alors, reprenons les données de Londres 2 x 3.

Londres23 Intel+ Intel= Intel- Total
HabitsSup 233 322 81 636
HabitsInf 201 620 268 1089
Total 434 942 349 1725

Si nous prenons la paire de cases en opposition sur la première diagonale, on voit que si l’on part de 127, par rapport à 386, on monte dans l’ordre des lignes et des colonnes. Mais c’est aussi le cas pour 127 à 779 et pour 163 vers 386. Visualisons ces paires concordantes et discordantes.

Calculons gamma à partir des effectifs des produits des paires concordantes et des paires discordantes, on a :

233 x 620 = 144460 201 x 322 = 64722
233 x 268 = 62444 201 x 81 = 16281
322 x 268 = 86296 620 x 81 = 50220
Paires concordantes = 293200 Paires discordantes = 131223

Gamma : C-D / C + D = 0,382

La justification de ces calculs par Goodman et Kruskal est la suivante :

Suppose that two individuals are taken independently and at random from the population. Each falls into some (Aa, Bb) cell. (…) If there is high association one expects that the order of the a’s would generally be the same as that of the b’s.

Faire les produits des paires concordantes revient à compter les paires d’individus en situation d’ordre ; faire les produits des paires discordantes revient à compter les paires d’individus qui ne sont pas en situation d’ordre. Plus la situation d’ordre par rapport au total augmente, plus l’association est importante. Plusieurs coefficients utilisent des comptages de nombre de paires : le tau de Kendall, le tau-C de Stuart, les D asymétriques de Somers. Quand les lignes et colonnes ne sont pas munies d’un ordre, ces techniques ne peuvent plus être utilisées et on constate que souvent les utilisateurs reviennent aux indicateurs dérivés du Khi-deux, malgré leur mise en accusation par Goodman et Kruskal.
La difficulté de cette procédure est que la recherche des paires concordantes et discordantes ne tient aucun compte de la structure observée du tableau et ne se basent que sur l’ordre des lignes et des colonnes, alors qu’une structure d’ordre existe peut-être. On s’affranchit de cette difficulté en mettant en ordre les lignes et colonnes en suivant le premier facteur de l’analyse des correspondances qui donne toujours un ordre que nous utiliserons pour la mise au point d’un indice d’association dérivé du PEM.

2.2 Le PEM global

Le coefficient d’association général envisagé et une mesure d’association entre lignes et colonnes qui fait l’hypothèse que :

– si une structure d’ordre est connue pour les lignes et les colonnes, celle-ci peut être constatée empiriquement et que inversement,
– si une structure d’ordre n’a pas été repérée elle existe peut-être cependant, même si cet ordre n’est pas très prononcé,
– le coefficient peut être utilisé pour déterminer l’intensité de l’association dans une case du tableau et pour le tableau entier.
– en suivant les recommandations de Goodman et Kruskal rappelées plus haut, il n’utilisera pas le khi-deux
– sa valeur sera nulle en cas d’indépendance
– il variera entre -1 et 1 pour aller de la dépendance dans un sens à la dépendance dans l’autre (le signe étant conventionnel). Des valeurs proches de ces valeurs maximums doivent correspondre à des cas qui se rencontrent empiriquement.
– les valeurs de l’indice doivent être comparables d’un tableau à un autre, même s’ils sont différents quant aux nombres de lignes ou colonnes.
– le principe du coefficient doit être simple à comprendre, même s’il est le résultat d’opérations longues qui ne peuvent être réalisée à la main que dans les cas élémentaires.

Comme la situation d’indépendance est parfaitement définie et sert toujours pour indiquer l’absence d’association, on prendra comme principe pour mesurer l’association d’examiner (dans la logique du PEM local) le rapport entre la somme des écarts positif à l’indépendance dans le cas observé à la somme des écarts positifs dans le cas ou la liaison serait à son maximum.
Reprenons le tableau ordonné par le premier facteur de l’analyse des correspondances de l’enquête sur la confiance dans les syndicats. En reprenant le tableau des écarts à l’indépendance, la somme des écarts à l’indépendance est égale à 176,26.
Il faut maintenant définir le maximum. On a un tableau ordonné dont on ne conserve que les marges : comme le tableau est ordonné, la diagonale des écarts positifs part soit de la liaison entre CGT et « très confiance », soit de la case Non-votant, « pas confiance du tout ». Le choix du point de départ est indifférent et conduit dans les deux cas au même résultat.
Partons de la case en haut à gauche. Tous les CGT qui sont 317 ne peuvent être « très confiant dans les syndicats » puis que la marge correspondante n’est que de 208 mais inversement tous les « très confiants » peuvent être mis dans la case CGT.Il restera alors 317 – 208 = 109 CGT que l’on mettra dans la case contigüe (latérale) la plus proche, « plutôt confiance ».Le tableau sera alors le suivant :

Confiance CGT CFDT CFTC FO Auto Non-Synd Non-Vote Total
Très 208 208
Plutôt 109 337
Plutôt pas 129
Pas du tout 170
Total 317 87 23 78 101 91 147 844

Tous les effectifs de la ligne 1 et de la colonne 1 sont maintenant répartis. Pour la ligne 2 il reste 337 (marge) – 109 (CGT) soit 228 « plutôt confiance ». On peut les répartir dans CFDT (87), CFTC (23) FO (78), il en reste 40 à placer qui seront mis dans « autonomes ». Toute la 2e ligne est placée et on repart en colonne, ou il reste 101 – 40 autonomes à placer que l’on mettra dans la case contigüe « plutôt pas confiance ». Tous les autonomes sont placés, mais il reste dans les « plutôt pas », 129 – 61 = 68 qui seront placés en non-syndiqués, dont les 23 restants ainsi que tous les non-votants seront mis en « pas confiance du tout ». Ce qui donne le tableau final (qui aurait pu être obtenu avec le même algorithme en partant de la case « Non-votant » – « Pas confiance du tout ». La solution est unique et on trouvera l’algorithme programmé en annexe 1.

Confiance CGT CFDT CFTC FO Auto Non-Synd Non-Vote Total
Très 208 208
Plutôt 109 87 23 78 40 337
Plutôt pas 61 68 129
Pas du tout 23 147 170
Total 317 87 23 78 101 91 147 844
La somme des écarts positifs à l’indépendance sur ce maximum est de 464,53
Le PEM global est le rapport des deux sommes : 176,26 / 464,53 x 100 = 37,9%

Sur des tableaux issus de données réelles, comme il est toujours possible de mettre en ordre les données selon le premier facteur de l’AFC, on peut dire qu’il existe toujours une structure d’ordre et qu’il est toujours possible de calculer un PEM global. Ce résultat peut sembler dangereux car dans certains cas, cet ordre peut être entièrement lié à une structure aléatoire de données qui n’ont pas véritablement d’ordre. Nous allons affronter cette situation dans le cas suivant où l’on sait a priori qu’il n’y a pas d’ordre sur les lignes et les colonnes.

2.3 Les signes des conjoints

Étudions donc un cas où la structure d’ordre est absente et soumettons-le aux procédures de recherche d’une structure d’ordre. Il s’agit d’un tableau qui avait été réalisé dans le but de montrer l’échec de l’astrologie (données présentées dans Cibois 1997). Pour une population de 68 000 couples, on construit un tableau de 12 lignes et 12 colonnes, les lignes correspondent aux signes astrologiques des hommes et les colonnes à ceux des femmes. On note à l’intersection d’une ligne et d’une colonne, le nombre de couples ayant des signes identiques.

Femmes
Ver Poi Bel Tau Gém Can Lio Vie Bal Sco Sag Cap Total
H-Verseau 536 478 518 535 532 500 451 478 478 413 430 502 5851
H-Poisson 482 592 536 541 525 506 484 463 503 475 443 482 6032
H-Bélier 555 560 596 584 525 508 543 452 525 461 451 521 6281
H-Taureau 511 508 582 607 552 523 527 462 490 448 438 460 6108
H-Gémaux 488 497 557 520 577 496 469 461 433 433 421 458 5810
H-Cancer 487 508 512 530 478 504 446 436 462 397 420 456 5636
H-Lion 456 502 522 482 478 461 466 431 455 440 402 472 5567
H-Vierge 445 463 489 500 426 464 413 457 409 381 395 434 5276
H-Balance 490 494 482 493 481 450 482 406 494 392 449 440 5553
H-Scorpion 441 437 459 483 464 433 426 382 434 392 432 401 5184
H-Sagittaire 455 445 475 436 456 423 411 395 443 377 419 435 5170
HCapricorne 498 496 445 554 456 461 443 398 469 411 398 494 5523
Total 5844 5980 6173 6265 5950 5729 5561 5221 5595 5020 5098 5555 67991

Si l’on fait l’analyse des correspondances de ce tableau, on peut être troublé par le graphique factoriel qui met en évidence des proximités entre signes qui sont soulignées ci-dessous par des ovales. En effet 10 signes sur 12 sont en proximité (la seule exception nette étant le signe du Taureau, celui du Verseau étant moins net).

Cette situation s’explique si on examine les écarts à l’indépendance : ici on n’a retenu que les écarts positifs supérieurs à 9. On constate que tous les écarts de la diagonale sont positifs, ce qui explique les rapprochements précédents.

Femmes
Ver Poi Bel Tau Gém Can Lio Vie Bal Sco Sag Cap
H-Verseau 33 20 29 24
H-Poisson 61 30
H-Bélier 15 26 29
H-Taureau 27 44 17 27
H-Gémaux 30 69 15
H-Cancer 12 11 29
H-Lion 12 17 11 29 17
H-Vierge 10 14 19 52
H-Balance 13 28 37 33
H-Scorpion 10 9 43
H-Sagittaire 11 18 31 13
HCapricorne 23 10 45 15 43

Cependant, si on examine l’ensemble des PEM individuels, on s’aperçoit que ces écarts diagonaux sont du même ordre de grandeur que les autres et d’ailleurs moins nombreux qu’eux.

Si le premier facteur (horizontal) de l’analyse des correspondances propose bien un ordre, cet ordre correspond à une quasi-absence de liaison puisque le PEM global est égal à 2,0%
Un autre indice que ce tableau est très proche de l’indépendance nous est fourni par la première valeur propre de l’analyse des correspondances qui est très faible et égale à 0,0006
Quant à l’effet diagonal, il s’explique par le fait que même les gens qui ne croient pas à l’astrologie pensent que l’astrologie affirme que les personnes de même signe s’attirent. Il s’agit donc d’un effet auto-réalisateur faible mais perceptible.
Avant d’étudier les problèmes de significativité des résultats, comparons les différents indices étudiés pour les différents exemples étudiés.

PEM 1ère VP Gamma V Cramér % Cramér Khi-deux p=
Londres23 26,6% 0,049 0,382 0,220 4,85% 83,63 0,000
Londres33 20,4% 0,066 0,368 0,198 3,90% 134,69 0,000
Londres33b 21,7% 0,050 0,415 0,158 2,51% 86,62 0,000
Londres46 23,3% 0,079 0,332 0,184 3,38% 174,82 0,000
Confiance Synd 37,9% 0,238 0,525 0,295 8,73% 221,05 0,000
Signes Conjoints 2,0% 0,0006 0,017 0,014 0,02% 139,17 0,124

– L’indice gamma n’a pu être calculé sur les deux derniers tableaux qu’en faisant l’hypothèse qu’ils possédaient une structure d’ordre obtenue par le premier facteur de l’analyse des correspondances. Dans ce cas gamma donne des résultats analogues à ceux du PEM et tout autant interprétables.

– Bien qu’il soit critiqué pour son emploi du Khi-deux, le V de Cramèr réagit comme les autres indices mais sur une autre plage ; comme les autres il est très faible quand on est proche de l’indépendance (signes du zodiaque).

– On appelle pourcentage de Cramér l’indice tel qu’il a été défini par Cramér lui-même et non tel qu’il a été interprété par les autres auteurs ensuite qui en ont pris la racine carrée. En effet Cramér dit (1946) que « φ2 / q-1 [q étant la plus petite dimension du tableau] may be used as a measure, on a standardized scale, of the degree of dependance between the variables » (p. 282). Cette proportion du maximum peut être lue en pourcentage. On constate que cet indice est très pessimiste.

– Le problème de la significativité du PEM peut être résolu d’une façon simple en considérant la significativité du Khi-deux pour le tableau. Quand le PEM est calculé sur un tableau significatif, il acquière de ce fait sa significativité. C’est le cas ici pour tous les tableaux sauf le dernier.

En ce qui concerne les plages d’utilisation du PEM, l’expérience montre que les PEM intéressants se situent entre 10% et 50%. Les liaisons plus fortes sont souvent l’indice d’une redondance entre indicateurs Quand la liaison est inférieure à 10%, elle peut être l’effet du hasard et le test du Khi-deux permet de s’en rendre compte.

3. Conclusion

Le PEM global peut donc être utilisé comme indicateur de l’intensité d’une liaison entre lignes et colonnes sur tous les tableaux croisés. S’il y a un ordre existant sur les lignes et les colonnes, il sera retrouvé par le premier facteur de l’AFC. Si ce n’est pas le cas, il faudra éventuellement remettre en cause l’ordre défini a priori ou comprendre pourquoi il y a divergence. Si l’on fait confiance à l’ordre défini préalablement, on peut alors l’utiliser pour calculer le tableau maximum. Si l’ordre déterminé par le premier facteur d’une AFC n’est pas interprétable, on est alors dans une situation liée à une structure d’écarts aléatoires et le PEM sera vraisemblablement faible et le tableau non significatif au sens du Khi-deux.
Le PEM est disponible dans les logiciels Trideux et Modalisa . Sa programmation ne pose pas de problèmes particuliers : on trouvera en annexe la programmation en R faite par Nicolas Robette

Annexe

# ================================
# Fonction R pour le calcul du PEM
# (pourcentage de l’écart maximum,
# proposé par Philippe Cibois)
# ================================
# x doit être un objet table ou matrix
# la fonction retourne les PEM locaux ($peml) et le PEM global ($pemg)

pem <- function(x) {
tota <- colSums(x)
totb <- rowSums(x)
total <- sum(x)
theo <- matrix(nrow=nrow(x),ncol=ncol(x))
for(i in 1:nrow(x)) { for(j in 1:ncol(x)) theo[i,j] <- tota[j]*totb[i]/total }
ecart <- x-theo
max <- matrix(nrow=nrow(x),ncol=ncol(x))
emax <- matrix(nrow=nrow(x),ncol=ncol(x))
pem =0) max[i,j] <- min(tota[j],totb[i])
if(ecart[i,j]<0&tota[j]<=(total-totb[i])) max[i,j] <- 0
if(ecart[i,j](total-totb[i])) max[i,j] <- tota[j]+totb[i]-total
emax[i,j] <- max[i,j] – theo[i,j]
pem[i,j] =0,ecart[i,j]/emax[i,j]*100,0-ecart[i,j]/emax[i,j]*100)
}}
dimnames(pem) <- dimnames(x)
cor <- corresp(x,nf=1)
z <- x[order(cor$rscore),order(cor$cscore)]
tota <- colSums(z)
totb <- rowSums(z)
maxc <- matrix(0,nrow=nrow(z),ncol=ncol(z))
i <- 1; j <- 1
repeat {
m <- min(tota[j],totb[i])
maxc[i,j] <- m
tota[j] <- tota[j] – m
totb[i] <- totb[i] – m
if(sum(tota)+sum(totb)==0) break
if(tota[j]==0) j <- j+1
if(totb[i]==0) i <- i+1
}
pemg <- (sum(ecart)+sum(abs(ecart)))/(sum(maxc-theo[order(cor$rscore),order(cor$cscore)])+sum(abs(maxc-theo[order(cor$rscore),order(cor$cscore)])))
rm(tota,totb,total,theo,ecart,max,emax,cor,z,m,maxc,i,j)
PEM <- list(peml=round(pem,1),pemg=round(100*pemg,1))
return(PEM)
}

Références

Adam, G. Bon,F. Capdevielle, J. Mouriaux, R.(1970). L’ouvrier français en 1970, Paris, Presses de la FNSP.
Benzécri, J.-P., (1976). L’analyse des données. Tome I La taxinomie, Paris, Dunod.
Bertin, J. (1967). Sémiologie graphique. Paris ; La Haye : Mouton ; Paris : Gauthier-Villars
Cibois, Ph. (1984). L’analyse des données en sociologie. Paris, Presses universitaires de France.
Cibois, Ph. (1993). Le PEM, pourcentage de l’écart maximum : un indice de liaison entre modalités d’un tableau de contingence, Bulletin de méthodologie sociologique, n°40, p.43-63.
Cibois, Ph. (1997). Les pièges de l’analyse des correspondances, Histoire & Mesure, 12 (3/4), pp. 299-320.
Pearson, K. (1904) On the theory of contingency and its relation to association and normal correlation. Drapers’Co. Memoirs, Biometric Series, N°. 1, London (repris dans Karl Pearson’s Early Statistical Papers. Cambridge Univ. Press, London, 1948)
Cramér, H. (1946). Mathematical Methods of Statistics. Princeton Univ. Press.
Goodman, L. A. and Kruskal, W. H. (1954). Measures of Association for Cross Classifications. Journal of the American Statistical Association, 49, 732-764.
Goodman, L. A. and Kruskal, W. H. (1959). Measures of Association for Cross Classifications. II: Further Discussion and References. Journal of the American Statistical Association, 54, 123-163.
Goodman, L. A. and Kruskal, W. H. (1963). Measures of Association for Cross Classifications. III: Approximate Sampling Theory. Journal of the American Statistical Association, 58, 310-364.
Goodman, L. A. and Kruskal, W. H. (1972). Measures of Association for Cross Classifications. IV: Simplification of Asymptotic Variances. Journal of the American Statistical Association, 67, 415-421.
Goodman, L. A. and Kruskal, W. H. (1979). Measures of Association for Cross Classifications. New York, Springer-Verlag.
Guttman, L. (1950). The basis for scalogram analysis. In S. A. Stouffer et al.: Measurement and prediction. Princeton, N. J. : Princeton Univ. Press, p. 60-90.
Kendal, M. and Stuart, A (1961). The Advanced Theory of Statistics, Volume 2, London : C. Griffin and C̊.
Tschuprow, A. A. (1925). Grundbegriffe und Grundprobleme der Korrelationstheorie. Leipzig, Berlin, Teubner.
Yule, G.U. (1900). On the Association of Attibutes in Statistics : with Illustrations from the Material of the Childhood Societey, &c. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series A. Vol. 194.

Structures des groupes humains

 

 

 

Structures des groupes humains

 

par

 

Charles J-H Macdonald

Directeur de Recherche Emérite

UMR 7268 – Anthropologie bio-culturelle, Droit, Éthique & Santé (ADÉS)
Université d’Aix-Marseille-EFS-CNRS

 

 

Résumé

Cet article propose une théorie unifiée des formes de vie collective. Il en existe deux, reposant sur des principes antithétiques l’une à l’autre : la forme ou modalité anarchogrégaire qui est ancienne, pré-néoltique, et la forme sociale moderne, post-néolithique. Ces deux modalités sont caractérisées, la première par l’équivalence des sujets dans la coopération et par l’égalité, la seconde par la non équivalence des sujets dans la coopération et par la hiérarchie. Des ces principes résultent des propriétés essentielles pour les sujets, leurs relations et la structure des groupes. Leur application suppose des mécanismes particuliers à chacune, l’immanence des relations interpersonnelles pour la modalité anarchogrégaire, la transcendance pour la modalité sociale. Ces deux modalités ou formes de vie collective sont présentes ensemble dans tous les sociétés humaines actuelles et cette dualité fondamentale permet de comprendre des phénomènes idéologiques, sociaux, politiques et historiques. La démocratie est ainsi définie comme une lutte de la société contre elle-même.

 

Mots-clés

Organisation sociale, anarchie, Démocratie, Théorie socio-anthropologique, Hiérarchie, Egalité, Transcendance, Immanence

 

 

 

Introduction

 

Je présente ci-dessous, sous une forme extrêmement condensée et synthétique, les éléments d’une théorie générale des formes de vie collective[1].

La double nature du social a été largement reconnue par maints auteurs en termes de « grand partage » et en fonction d’un certain nombre de dichotomies (primitif/civilisé, traditionnel/moderne, etc.)[2]. Sans devoir remonter à Rousseau, quelques sociologues comme Ferdinand Tönnies (Gemeinshaft et Gesellshaft)[3], des philosophes comme Martin Buber (société et politique)[4], ou des ethnologues comme Pierre Clastres (sociétés contre l’Etat et sociétés avec l’Etat)[5] Victor Turner[6], ou Stanley Diamond[7], ont bien deviné la présence de principes antithétiques et compris qu’il existait deux manifestations radicalement différentes de la vie collective. Plus récemment encore des sociologues ont mis à jour deux structures, et deux seulement, caractérisant tous les groupes humains : la hiérarchie et la coopération (Karl van Meter)[8]. Ces efforts peuvent-ils aboutir à fonder une théorie de la société ? Je pense que oui, mais à deux conditions. La première est de prendre en considération certains groupes humains observés par les ethnologues, la seconde est d’adopter une perspective évolutionnaire. Ces deux conditions permettent de situer le schéma dans une problématique anthropologique large et amènent à redéfinir certains concepts. J’utiliserai ainsi, dans un sens précis et particulier, celui de régime « social » et je lui opposerai celui de régime « anarchogrégaire »[9]. J’opposerai de la même façon la réciprocité au partage[10], les liens faibles aux liens forts dans un rapport homothétique au couple égalité/hiérarchie.

 

 

Principes

 

On posera en premier lieu que toute vie collective humaine est fondée sur, et implique nécessairement, la coopération[11]. La coopération est l’activité coordonnée de sujets multiples pour obtenir un bénéfice commun (trouver de la nourriture, construire un pont, chanter en chœur, reproduire l’espèce). Si, d’autre part, les sujets individuels de la vie collective sont, comme dans le cas des Homo sapiens, des sujets autonomes (dont le comportement relève de lois internes au sujet)[12], alors le problème central de toutes les sciences sociales est celui de la compatibilité entre l’autonomie du sujet et la nécessité de la coopération.

Il est possible de rendre le sujet moins autonome, de limiter son autonomie voire même de le rendre hétéronome. C’est la condition où il se trouve dans la grande majorité des sociétés post-néolithiques. Cette situation relève de facteurs externes au sujet qui, ontologiquement, reste autonome dans son être. Il est également possible de conserver l’autonomie du sujet sans la limiter. C’est encore le cas dans de rares groupes humains qui vivent à l’état nomade ou semi-nomade[13]. La thèse la plus vraisemblable est que cette condition a été celle de Homo sapiens jusqu’au paléolithique supérieur[14].

On peut alors poser les équations suivantes :

 

A- Sujets autonomes et coopération = égalité entre les sujets (A+C=E)

B- Sujets non autonomes et coopération = hiérarchie[15] (NA+C= H)

 

En effet, ou bien les sujets sont autonomes et la coopération est volontaire, ce qui entraine une équivalence entre les sujets de la coopération ; ou bien les sujets ne sont pas autonomes, la coopération est forcée et les sujets ne sont pas équivalents dans la coopération et eu égard au résultat de la coopération.

L’équivalence ou la non équivalence des sujets a des conséquences importantes dans tous les domaines d’activité humaine, particulièrement sur les plans économique, politique et moral. Ces deux formules opposées (A et B) engendrent deux modalités différentes de vie collective. La modalité A est à la fois aléatoire, interactive et en réseaux, la modalité B est linéaire, ordonnée et en groupes disjoints. J’appelle les types de collectifs du groupe A « anarchogrégaires»[16], les types du groupe B « sociaux ». La quasi-totalité des populations humaines actuelles appartiennent au groupe B (les organisations sociales). Quelques populations humaines encore vivantes et la totalité de la population humaine jusqu’au paléolithique supérieur ou récent existent et ont existé dans la modalité A, anarchogrégaire[17].

Toute forme de vie collective humaine, récente ou ancienne, suppose la coopération. Ce qui diffère radicalement dans les deux modalités A et B c’est le degré d’autonomie du sujet. Dans la première, les individus sont et restent égaux. Il n’y a pas d’ordre dans les deux sens du mot. Il n’a pas de corporations, mais des réseaux. Enfin la répartition des biens et des ressources repose sur le principe du partage entre les membres de la communauté sans que personne ne donne à personne (il n’y a pas de dette)[18].

Dans la modalité B, « sociale », le principe hiérarchique (ordre partiel) détermine l’ensemble de l’organisation. Il permet l’émergence de corporations (par exemple sur la base de la filiation, comme le clan, ou sur la base d’un être collectif transcendant, comme le royaume ou l’Etat). Enfin il suppose la répartition des biens et des ressources sur la base de la réciprocité qui elle-même suppose la dette qui lui donne vie. La dette, en effet, est en elle-même asymétrique. Elle implique la supériorité du donneur sur le preneur et induit une hiérarchie au moins temporaire.

 

 

Liens forts et liens faibles[19]

 

Pour exister dans la modalité A (anarchogrégaire), les sujets autonomes doivent former entre eux des liens négociables. Ces négociations aboutissent à renforcer ou, au contraire, abolir les liens existant pour les remplacer par d’autres, de façon constante. Les réseaux sont sans cesse renouvelés, ils sont aléatoires et sont soumis à l’entropie[20]. Les liens sont faibles. Dans la modalité B (sociale) les liens sont forts ou pensés comme tels et dépendent d’un tiers, lui-même transcendant. Les ensembles constitués par les sujets sont indépendants de la volonté des sujets (qui ne sont plus complètement autonomes de ce fait). Ils sont fixes et résistent à l’entropie. Le modèle d’organisation tend à être linéaire et mécanique[21].

La création et le renforcement de liens faibles pour aboutir à une coopération temporaire supposent certaines conditions, dites ici « conditions de félicité »[22], justiciables de critères inhérents aux sujets autonomes, donc immanentes aux sujets concrets et à leurs conditions. La création et le maintien de liens forts supposent de leur côté deux opérations distinctes : la contrainte externe et l’adhésion interne. Celle-ci repose sur le principe de transcendance et de son extension à l’action, ici nommée « transcendantisme ». Dans la modalité B en effet les sujets restent autonomes mais subordonnent leur autonomie personnelle à un vouloir collectif[23].

 

 

L’ontologie transcendantiste et le principe corporatif

 

La modalité B suppose une ontologie particulière. Celle-ci comporte deux aspects interdépendants. Le premier pose l’existence d’entités abstraites mais réelles douées d’une supériorité ontologique et morale et d’une durée intemporelle et permanente[24]. Le second est que ces entités font partie de l’essence du sujet et le commandent de l’intérieur[25]. Le transcendantisme permet ainsi le passage de l’autonomie à l’hétéronomie en conservant l’illusion ou la croyance en l’autonomie. Cette opération est celle qui fonde le social.

Le transcendantisme se présente sous des appellations et des déguisements divers et concerne des objets abstraits ou des « personnes morales » : Patrie, Dieu, Souveraineté, Loi, Intérêt Supérieur, Bien Commun, Devoir, Obéissance, Honneur, Etat, République, Peuple, Citoyenneté…..

Par contraste, l’ontologie immanentiste de la modalité anarchogrégaire n’existe qu’entre sujets concrets et porte les noms de sympathie, d’empathie, d’amitié, de solidarité, de plaisir d’être ensemble, d’attachement, d’affection, de force collective joyeuse (common glad impulse)[26] et leurs contraires : antipathie, haine, malaise, gêne, méfiance, peur, colère, jalousie, déréliction….

Le transcendantisme est également le moyen de créer des ensembles disjoints, ou groupes sociaux. C’est le principe corporatif[27]. Une collectivité est pensée comme une entité abstraite et douée de volonté (une quasi-personne) ; elle possède une supériorité morale ; elle est permanente. « Corporations never die » [28]. Le vocabulaire juridique appelle cela, très justement, une « personne morale ». Elle a en effet les attributs du sujet humain mais un sujet divinisé en quelque sorte. La corporation repose sur le principe d’ordre partiel ; elle est donc purement hiérarchique, elle a un chef, des possessions et des limites précises (notamment géographiques). Elle peut obéir au paradigme de la segmentarité et du centralisme. Son existence est indépendante de la présence des sujets concrets (elle est transcendante de ce point de vue). Enfin elle est elle-même autonome mais les sujets concrets sont, par rapport à elle, hétéronomes et subordonnés ; ils servent à la maintenir en existence. Ils y sont contraints par la force mais y adhèrent aussi en leur for intérieur. Le patriote n’est pas seulement fusillé s’il trahit sa Patrie, il souhaite aussi mourir pour Elle. Le transcendantisme est le véritable « Ponzi scheme » de toute l’histoire humaine post-néolithique. Il consiste à faire crédit à un capital fictif[29].

 

 

Coexistence des modalités : le paradoxe de la démocratie

 

Les deux modalités de vie collective définies jusqu’ici ne sont pas seulement différentes, elles sont antithétiques, comme le sont en cosmologie la matière et l’anti-matière[30]. Mais chacune suppose l’existence de l’autre dans un même univers.

D’un point de vue évolutionnaire, l’option anarchogrégaire est la solution primitive, celle qui a formé les émotions, les réflexes, les valeurs morales de l’homme moderne. Du point de vue du temps court, historique, c’est la seconde option qui a dominé. Elle a été adoptée en raison de sa capacité à intégrer de larges populations et à s’assurer un avantage militaire sans égal. Les petites populations anarchogrégaires n’étaient pas de taille à se défendre contre des armées, sauf dans des circonstances exceptionnelles et pour des périodes de temps limitées[31].

Je postule pour ma part que l’ancienneté et la longue durée d’existence de la modalité anarchique et grégaire (au moins 9/10èmes de sa durée en tant qu’espèce, infiniment plus en tant qu’hominidé[32]) a laissé dans le comportement des humains sociaux des traces profondes[33]. Tout membres d’organisations sociales qu’ils soient, tout hiérarchisés qu’ils deviennent dès l’enfance et tout prisonniers qu’ils restent de la cage sociale, des logiques de l’endettement, des habitudes d’obéissance et des fictions transcendantistes, les êtres sociaux ont conservé ces réflexes anciens qui apparaissent si constamment, si régulièrement, si opiniâtrement au sein même de l’ordre social qu’ils dérangent. En d’autres termes les hommes ont partout une double nature en quelque sorte : grégaire et sociale. Certains sont plus grégaires, d’autres plus sociaux, certains sont plus enclins à la liberté, d’autres plus portés à l’autoritarisme, certains sont de gauche, d’autres de droite. La part grégaire et anarchique de l’humanité se manifeste au sein même des ordres sociaux, comme un ferment vivace contraire à l’ordre dans lequel il est enfermé[34].

Nous en avons un exemple sous nos yeux, évident comme la lettre cachée dans la nouvelle d’Edgar Poe. Comment expliquer que les trois mots d’ordre de l’anarchie, « liberté, égalité et fraternité » soient inscrits au fronton des monuments publics de la République alors que la société qui construit ces monuments est fondée sur la contrainte étatique, sur l’inégalité des statuts et sur la compétition ? Alors que ses institutions supposent nécessairement l’inégalité et la transcendance ? Les précédentes considérations expliquent ce fait aisément. La démocratie n’est pas une forme de gouvernement. C’est un processus dans lequel la part anarchique et libertaire tente de rompre l’armature sociale, ou d’en changer radicalement la forme. La démocratie en ce sens est une lutte de la société contre elle-même car ce sont bien les mêmes individus qui veulent sincèrement l’égalité tout en se soumettant à la hiérarchie, capables de fraternité tout en s’engageant dans la compétition, et aimant les libertés malgré le consentement aux contraintes. Le démocrate veut l’ordre qu’il y a dans le social, mais il souhaite l’harmonie qui existe dans la grégarité[35].

Bien des développements historiques, des phénomènes collectifs, des évènements politiques et sociaux, des mouvements populaires, des surgissements existentiels, des systèmes idéologiques peuvent se comprendre si l’on tient compte de ces deux sources de la morale (grégaire) et de la religion (sociale), que l’on ne peut pas trouver dans l’histoire, trop courte, mais dans un passé beaucoup plus lointain.

Cette invention qu’est la société est à bien des égards une machine infernale, productrice de guerres dévastatrices, des plus grands massacres à une échelle mondiale, des pires haines, de l’institutionnalisation de la cruauté, des totalitarismes de cauchemar. Elle est aussi une boîte miraculeuse dont l’intelligence magique des hommes fait sortir des merveilles. Y renoncer n’est pas envisageable. Mais si le meilleur de l’homme, son éthique, son altruisme, son goût de la fraternité, de la solidarité et du partage, vient de sa part grégaire, comment envisager l’avenir ? Il est possible que celui-ci se joue dans cette dialectique entre l’ordre social et l’harmonie anarchique, dont les termes opposés seront ou non conciliés, amalgamés, réduits ou dépassés.

 

 

Notes

 

1 L’ensemble de ces hypothèses a été présenté dans une série de publications (Macdonald 2008, 2009, 2011a, 2011b, 2011c, 2012, 2013) ainsi que dans deux sites sur le web : https://sites.google.com/site/charlesjhmacdonaldssite/ et http://anarchogregaire.wordpress.com/. Je donne de ces hypothèses, dans cet article, une vue synthétique et résumée, en recentrant l’argumentation sur la coopération et l’autonomie.

2 Fox 2011, Macdonald 2011a.

3 Tönnies 1955.

4 Sur le “double principe de la vie humaine” selon Buber (1992: 61 et passim) et sur le social et le politique (id: 205 sqq).

5 Clastres 1974.

6 Turner 1974

7 Diamond, 2007

8 van Meter, 2014

9 J’utilise, faute de mieux, ce terme composite. La composante anarchique (« anarcho- ») a les deux sens de 1. qui n’a pas de chef, sans hiérarchie et 2. aléatoire, non linéaire. La composante « grégaire » se réfère uniquement à la propriété de vivre en troupeau ou en groupe, par opposition aux espèces animales qui vivent à l’état solitaire. Le terme anarchogrégaire signifie donc « qui vit dans des collectifs sans principe d’ordre hiérarchique ».

10 Comme il sera précisé plus loin, le partage est une forme de distribution sans dette. Le partage s’oppose à la réciprocité, ou l’échange, dans la mesure où le schéma don–contre-don ne s’applique pas.

11 La notion de coopération a dominé les discussions conduites par les biologistes et les théoriciens de l’évolution (voir West et al. 2007, Candau 2012). Cette notion est liée à celles de succès reproductif, d’altruisme et de gène “ égoïste” et aux noms de Dawkins, Hamilton, Trivers, Wilson –entre autres– dans les théories de sociobiologie et de sociologie évolutionnaire. La coopération est un fait très largement biologique et concerne beaucoup d’espèces animales, mais la coopération humaine pose des problèmes spécifiques de rationalité. La problématique fondée sur le “dilemme du prisonnier” et sur la “tragédie des terres communales” a constitué une tentative pour résoudre le problème de la spécificité et de la rationalité de la coopération humaine (Ostrom 1990). Il est possible que les formes primitives de coopération humaine aient concerné prioritairement la protection et le soin des nouveaux-nés ainsi que des activités collectives ludiques (musique, danse).

12 L’autonomie du sujet est le principe premier qui conditionne l’égalitarisme (Boehm, 1993). La notion d’autonomie individuelle est directement liée à celle de lien faible (ci-dessous).

13 Parmi les cas typiques citons ceux, classiques, des chasseurs-cueilleurs hadza (Woodburn 1979, 1982), mbuti (Turnbull 1968), !kung (Marshall Thomas 1989), inuit (très nombreuses publications d’auteurs connus parmi lesquels les noms de Birket-Smith, Boas, Rasmussen, Damas, Guemple, Robbe, Freuchen, Malaurie sont à citer), paliyan (Gardner2006 : pp. 30 sqq.). Des essarteurs (agriculteurs) appartiennent également à cette catégorie, notamment les Buid (Gibson 1986), les Semai (Dentan 1968), les Palawan (Macdonald 1977, 2007) les Majangir (Stauder 1972). En font partie également des nomades marins comme les Bajau Laut (Sather 1997). La liste peut être considérablement allongée.

14 L’argument généralement avancé est que homo sapiens vit jusqu’au paléolithique supérieur dans la condition de chasseur, cueilleur, charognard et que les petits groupes de chasseurs-cueilleurs modernes, pédestres (à ne pas confondre avec les chasseurs équestres ou les sociétés de pêcheurs sédentaires) appartiennent tous à la même classe de sociétés dites « à bandes » fondées sur les principes de la mobilité, de la fission-fusion et de l’égalitarisme, ou comme le veut Ingold (1999) et comme je le défends moi-même, sur ceux de l’immédiateté, de l’autonomie et du partage (et en conséquence comme ne relevant pas de la définition habituelle d’une organisation sociale). Malgré les changements encourus par les chasseurs-cueilleurs du 19ème et du 20ème siècle et en dépit de la présence de grandes sociétés agraires ou industrielles et des interactions avec elles –ce qui a pu faire même douter de l’authenticité des premiers—il reste vraisemblable que les principes de l’organisation des chasseurs-cueilleurs avant le néolithique ressemblaient à leurs homologues contemporains. Dans un ouvrage remarquable, l’ethnomusicologue Victor Grauer démontre à partir d’une analyse musicologique et culturelle, ainsi qu’à partir d’une classification des haplogroupes définis sur la base de l’ADN mitochondriale, que les groupes humains qui ont passé d’Afrique en Asie il y a environ 70 000 ans étaient étroitement apparentés aux groupes de pygmées africains contemporains comme les Ju/’hoansi, !Kung, Aka , Baka et Mbuti et qu’ils relevaient d’une origine commune. Or tous ces groupes présentent les traits d’organisation mentionnés ci-dessus (Grauer, 2011).

15 Je distingue la hiérarchie qui suppose le pouvoir, de l’asymétrie simple qui repose sur l’autorité morale ou rationnelle et qui n’est pas transitive. La hiérarchie est une relation d’ordre partiel (Sade 1992). Dans un article important, Alan Page Fiske (1992) distingue quatre sortes de relations ou formes de socialité élémentaires : le partage communautaire (communal sharing, CS), la hiérarchie (authority ranking, AR), l’égalitarisme (equality matching, EM) et les valeurs du marché (market pricing, MP). La première (CS) est une relation d’équivalence (réflexive, symétrique et transitive), la deuxième ( AR) est un ordre linéaire (réflexif, transitif et antisymétrique), la troisième (EM) a les propriétés d’un groupe abélien, commutatif, avec la possibilité d’addition et de soustraction. Le dernier (MP) repose sur le principe de proportionnalité qui suppose les propriétés de division et de multiplication. L’idée que les relations humaines et les formes de vie collective peuvent être ramenées à quelques relations élémentaires formalisables en langage mathématique est certainement une idée scientifiquement intéressante. Dans la formulation que j’ai adoptée CS= partage, AR= hiérarchie, EM= réciprocité. Je n’envisage pas le 4ème terme (MP) qui définit les organisations sociales complexes fondées sur les valeurs du marché et qui définit aussi un jugement sur l’humain (en rapportant la valeur d’un individu à sa richesse pécuniaire par exemple). On voit bien que la seule relation qui suppose que tous les éléments de l’ensemble sont équivalents est celle du partage (CS), les deux autres autres sont définies comme des relations d’ordre dont tous les éléments ne sont pas équivalents. L’égalité se définit par le partage.

16 Voir note 9 ci-dessus.

17 Voir notes 13 et 14 ci-dessus. Voir aussi Boehm 2001, chapitre 9.

18 De nombreuses discussions, analyses et interprétations ont été proposées pour classer et expliquer les nombreuses formes de transaction, distribution et circulation des produits dans les sociétés humaines et animales (voir par exemple Wenzel et al., 2000 sur différentes modalités du partage).C’est à Woodburn que nous devons la réalisation que le partage est une forme de transaction conceptuellement et empiriquement distincte de la réciprocité (Woodburn 1998). Celle-ci pose, dans le modèle maussien classique (Mauss 1925), un don et un contre-don et la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre. Elle implique, au premier chef, la dette, soit une relation asymétrique entre donneur et preneur, relation qui ouvre la voie à la subordination du preneur. Le partage quant à lui exclut la dette. Dans la pratique, le partage et la réciprocité interviennent successivement ou alternativement, avec des formes intermédiaires comme le don pur (confondu avec le partage) la redistribution, le vol toléré, ou le don forcé (Peterson 1993). La réciprocité existe partout mais le point important est que le partage fournit le modèle d’une éthique relationnelle qui est prépondérante dans les systèmes anarchogrégaires. Pour une discussion et une bibliographie plus complètes voir aussi Macdonald ms. mis en ligne sur https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxjaGFybGVzamhtYWNkb25hbGRzc2l0ZXxneDphNDcyZTcyOTMwYWM2MzM

19 La notion de” lien faible” est empruntée à Granovetter (1973) mais avec les conséquences évolutionnaires mises à jour par Maryanski (1994), et Maryanski et Turner (1992). Voir à ce sujet Macdonald 2008, 2009, 2011a, 2011b., 2012a. Par lien faible j’entends ici des liens interpersonnels qui sont soumis à la volonté des partenaires ainsi liés. Ces liens peuvent être créés ou abolis sans recours à une autorité tierce. Ils sont immanents. Les liens forts sont des liens permanents soumis à une autorité tierce. Ils sont typiquement des liens institutionnels et tendent à être pensés comme transcendants. L’amour érotique est typiquement un lien faible (qui se dissout en fonction du désir des partenaires), le mariage est un lien fort (qui ne peut être contracté ou dissous qu’avec l’accord de l’Eglise ou de l’Etat, et qui est pensé comme sacré).

20 L’entropie qui est considérée dans ces pages concerne essentiellement la composition des groupes ou collectifs dont l’ordre initial est sans cesse transformé. Dans la modalité anarchogrégaire, les ensembles de personnes qui acquièrent une identité collective à un certain moment ne sont pas définis une fois pour toute, ni en ce qui concerne leurs limites, ni en ce qui concerne leur personnel. Il en va de même pour les cellules du corps humain qui meurent et sont constamment remplacées par de nouvelles. L’ensemble conserve son unité mais ses éléments constitutifs changent à travers le temps. Il obéit ainsi à une loi organique qui veut que le tout soit plus durable que les parties (en opposition à une loi mécanique qui fait que les parties sont plus durables que le tout). Voir Morin à propos de Van Neuman (Morin 2005 : 43-44). Corollairement, la prévisibilité de l’ordre collectif est faible.

21 La solidarité organique selon Durkheim est en fait une solidarité de type strictement mécanique, fondée sur l’analogie avec l’anatomie du corps humain et supposant la simple complémentarité entre les différents organes (cœur, foie, tête, etc.). Dans ce modèle si admirablement conforme à un idéal hiérarchique, la tête représente évidemment la classe supérieure dans la société (particulièrement les brahmanes et les sociologues). Le modèle anarchogrégaire suppose que la tête est partout. Voir à ce sujet Brafman et Beckstrorn 2006. Quand la complémentarité mécanique prend la forme d’une classification (structure en arbre) on parle de holisme ou de totalité holistique.

22 L’expression est empruntée à la linguistique (Austin 1962) mais légèrement détournée de son sens premier. Elle signifie ici : conditions qui permettent l’établissement et la répétition de relations interpersonnelles. Par exemple des marques de sympathie ou de politesse sont de telles conditions, par opposition à l’indifférence ou l’hostilité. En régime anarchogrégaire ces conditions sont nécessaires. L’humour, la plaisanterie et le rire font partie du répertoire des marques de relations souhaitables ou possibles et permettent de créer et de renforcer des liens faibles. C’et pourquoi en régime anarchogrégaire ces conditions de félicité ne sont pas de simples ornements ou traits secondaires de la vie collective mais ses conditions indispensables. Des ethnologues se sont avisés de ce fait (Overing 2000).

23 C’est la vieille question posée par La Boétie dans le Contr’Un et à laquelle il répondit en affirmant si justement que la soumission était aussi bien le fait des soumis. La servitude était pour lui toujours volontaire. Son moyen est la transcendance et le transcendantisme comme je tente de le montrer ci-dessous.

24 Je définis comme transcendant “ce qui dépasse un ordre donné, qui est d’une nature radicalement supérieure”. Cette définition fait appel à un principe qui dépasse et englobe les particularités ou les différences individuelles, qui est donc universel et en même temps éternel. Les dictionnaires de philosophie et le Petit Robert semblent s’accorder sur cette définition. Je n’utilisepas ici le concept kantien de “transcendental”.

25 Il en va ainsi du sens de l’honneur, du dévouement à une grande cause, de la foi religieuse, du sacrifice de soi. L’obligation d’agir en fonction d’un principe ou d’une entité transcendante (Dieu, la Patrie) est intériorisée par le sujet qui obéit ainsi à une structure idéo-pragmatique. Ce phénomène ressortit à un réflexe d’obéissance et il peut être inculqué par l’éducation et l’apprentissage dans les années d’enfance. Une très belle illustration de ce fait est donnée dans un article récent concernant le sacrifice et la socialisation linguistique chez l’enfant vietnamien, une culture confucianiste imprégnée de transcandentisme patriarcal (Shohet 2013). Mais le sens moral n’est pas seulement transcendantiste il est aussi immanentiste.

26 Voir Keil 2010 (http://borntogroove.org/mod/resource/view.php?id=161)

27 Les “corporate groups” de l’anthropologie fonctionnaliste britannique (Radcliffe-Brown 1951) sont traduits en français par l’expression de “personnes morales”, un concept juridique qui s’oppose à “personne physique”. La personne morale est une fiction juridique qui suppose la transcendance. C’est ce que David Graeber appelle “l’abstraction transcendante de la forme corporatiste” (Graeber 2007: 107). La théorie des « corporate groups » est à la base de la théorie sociologique fonctionnaliste qui imprègne encore toute une partie de la sociologie et de l’anthropologie sociale.

28 “There was no escheat of the land to the lord on a death, because such a corporation never dies, and the succession is perpetual. » écrit H. Sumner Maine en 1875 –dans ses conférences sur l’histoire primitive des institutions—à propos des anciennes communautés familiales européennes et indiennes (Sumner Maine 1875).

29 L’Etat, dans la mesure où il représente la souveraineté nationale, est une entité abstraite. Dans la mesure où l’Etat est un appareil de gouvernement avec sa bureaucratie et ses forces de police, il est une réalité concrète. Le Trésor Public qui dépend de l’Etat souverain est aussi une caisse commune qui permet la redistribution des richesses. En cela, bien entendu, le capital n’est pas fictif. C’est la construction idéologique de l’Etat comme être collectif souverain qui l’est.

30 La réalité de l’anti-matière a été prédite par le physicien Paul Dirac en 1931. Il fait l’hypothèse, vérifiée par la suite, de l’existence d’une anti-particule, le positron (Wikipedia).

31 Divers groupes et communautés au cours de l’histoire se sont victorieusement opposés aux armées des grands Etats agraires et même industriels. Cela a été le cas des Cosaques du 16ème jusqu’au 18ème siècle, des communautés de pirates aux 17ème et 18ème sicles et aux nations comanche et apache de l’Amérique du Nord au 19ème siècle. Sur le temps historique long ces communautés anarchiques et grégaires ont été défaites et absorbées par les Etats centralisés dont la taille démographique et la puissance militaire on eu raison des premières.

32 Les ordres de grandeur généralement cités par les préhistoriens et paléoanthroplogues sont approximativement de 2,5 millions d’années pour le genre Homo, de 150 000 à 200 000 ans pour l’espèce Homo Sapiens et de 10 000 ans pour les débuts de l’agriculture et les premiers signes de la révolution néolithique.

33 La psychologie évolutionnaire a exploité cette idée de façon sans doute trop littérale avec la théorie des modules neurobiologiques. Même si cette théorie est une sorte de caricature (sous le crâne de l’homme moderne se cache le cerveau d’un chasseur du paléolithique), la présence de structures archaïques chez les êtres vivants est un fait établi. Le passage d’un état à un autre est irréversible et tout état actuel suppose la préservation d’un état antérieur. Ainsi tout être vivant est aussi un fossile d’un être vivant antérieur (Monod 1970).

34 La présence d’un régime de vie anarchogrégaire se manifeste un peu partout, ne serait-ce que dans les simples réunions entre amis qui créent des espaces de liberté et d’égalité au sein des hiérarchies sociales. Le philosophe anarchiste Peter Lambourn Wilson, écrivant sous le pseudonyme de Hakim Bey, a nommé ce genre d’espaces des « zones d’autonomie temporaire » (Bey 1985).

35 Les historiens et les politologues, (comme par exemple Rosanvallon 2011) en cherchant dans le passé récent (inférieur à 10 000 ans) l’origine de l’idée d’égalité, ne trouvent évidemment rien d’autre que des discours idéologiques, ceux des philosophies de Lumières ou des philosophes anglais du 17ème siècle. Ces discours ont construit l’idéologie de l’égalité et de la démocratie telle qu’elle se présente actuellement mais ne concernent qu’indirectement le fait anthropologique de l’égalité.

 

Références

 

Austin, John L. 1962 How to Do Things with Words. Oxford,Clarendon Press.

Bey, Hakim 1985 T.A.Z. The Temporary autonomous Zone, Ontological anarchy, Poetic Terrorism. Autonomedia, Brookly, NY.

Boehm, Christopher 1993 “Egalitarian Behavior and Reverse Dominance Hierarchy”, Current Anthropology, 34 (3): 227-254

Boehm, Christopher 2001 Hierarchy in the Forest. The Evolution of Egalitarian Behavior. Harvard University Press, Cambridge and London.

Brafman, Ori and Beckstrorn, Rod A. 2006 The Starfish and the Spider. The Unstoppable Power of Lederless Organizations. Portfolio, Penguin Books, New York

Buber, Martin 1992 On Intersubjectivity and Human Creativity. The University of Chicago Press, Chicago and London.

Candau, Joël 2012 “Pourquoi Coopérer?”, Terrain, 58: 4-25.

Clastres, Pierre 1974 La Société contre l’Etat. Editions de Minuit, Paris

Dentan, R. K. 1968 The Semai. A Nonviolent People of Malaya. Case Studies in Cultural Anthropology, New York, Chicago: Holt, Rinehart and Winston.

Diamond, Stanley 2007 In Search of the Primitive. New Brunswick and London:Transaction Publishers.

Fiske, Alan Page 1992 “The four elementary forms of sociality: Framework for a unified theory of social relations.” Psychological Review, 99 (4), 689–723.

Fox, Robin 2011 The Tribal Imagination. Civilization and the Savage Mind. Harvard University Press, Cambridge & London.

Gardner, Peter M. 2006 Journeys to the Edge. In the Footsteps of an Anthropologist. University of Missouri Press, Columbia and London.

Gibson, Thomas 1986 Sacrifice and Sharing in the Philippine Highlands. Religion and Society among the Buid of Mindoro. Monographs on social anthropology 57, London and Dover, the Athlone Press.

Granovetter, Mark 1973 “The strength of weak ties”, American Journal of Sociology 78 (6): 1360–80.

Graeber, David 2007 Possibilities. Essays on Hierarchy, Rebellion, and Desire. AK Press, Oakland & Edinburgh

Grauer, Victor 2011 Sounding the Depths. Tradition and the Voices of History. Self published, CreateSpace et http://soundingthedepths.blogspot.fr/

Ingold, Tim 1999 “On the Social Relations of Hunter-Gatherer Band.” In The Cambridge Encyclopedia of Hunters and Gatherers. R. Lee and R. Daly, eds. Pp. 399-410. Cambridge: Cambridge University Press.

Keil, Charlie 2010 Born to Groove. Ms publié en ligne http://borntogroove.org/course/view.php?id=2&topic=all

Macdonald, Charles J-H 1977 Une Société Simple. Parenté et Résidence chez les Palawan (Philippines). Paris, Institut d’Ethnologie

Macdonald, Charles J-H 2007 Uncultural Behavior. An anthropological Investigation of suicide in the southern Philippines. Monographs of the Center for Southeast Asian Studies, Kyotot University,English Language Seires No. 21. Honolulu, University of Hawai’i Press.

Macdonald, Charles J-H 2008 “Order Against Harmony. Are humans always social?” Suomen Anthropologi –Journal of the Finnish Anthropological Society, 33, 2, pp. 5-21

Macdonald, Charles J-H 2009 “The Anthropology of Anarchy”, Occasional Paper No. 35 from the School of Social Science, Institute for Advanced Studies, Princeton, February2009, 21 p.

Macdonald, Charles J-H 2011a “Anarchs and Social Guys” Symposium Taming the Savage Mind, Society 48 (Springer) published online 4 Oct. 2011: 489-494

Macdonald, Charles J-H 2011b “Primitive Anarchs: Anarchism and the Anthropological Imagination” Social Evolution and History, 10, 2: 67-86

Macdonald, Charles J-H 2011c “A theoretical Overview of Anarchic Solidarity”, Anarchic Solidarity. Autonomy, Equality, and Fellowship in southeast Asia, T. Gibson and K. Sillander ed., Monograph 60, Yale southeast Asia Studies, pp. 17-39. New Haven, 2011

Macdonald, Charles J-H 2012a “The Anthropology of Anarchy” Indian Journal of Human Development, Vol. 6, No. 1: 49-66

Macdonald, Charles J-H 2012b “Anthropologia de la Anarquia”, Germinal, 10, Julio-Decembre 2012, pp. 3-25.

Macdonald, Charles J-H 2013 “The Filipino as Libertarian: Contemporary Implications of Anarchism”, Philippine Studies, Historical and Ethnographic Viewpoints, 61,4, dec. 2013, pp. 413-436.

Macdonald, Charles J-H ms “Cooperation, Sharing and Reciprocity” https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxjaGFybGVzamhtYWNkb25hbGRzc2l0ZXxneDphNDcyZTcyOTMwYWM2MzM

Marshall Thomas, Elizabeth 1989 [1958] The Harmless People. Revised Edition. Vintage Books, Random House, Inc. New York

Maryanski, Alexandra and Turner, Jonathan 1992. The Social Cage. Stanford: Stanford University Press.

Maryanski, Alexandra 1994 “The Pursuit of Human Nature in Socio-biology and Evolutionary Sociology”, Sociological Perspectives, Vol. 37, No. 3: 375-89.

Mauss, Marcel 1925 “Essai sur le Don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.” L’Année Sociologique, ns 1.

Monod, Jacques 1970 Le hasard et la nécessité. Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne. Editions du Seuil, Paris.

Morin, Edgar 2005. Introduction à la Pensée Complexe. Paris: Seuil.

Ostrom, Elinor 1990 Governing the Commons. The evolution of institutions for collective action. Cambridge, Cambrige University Press.

Overing, Joanna 2000 “The efficacy of laughter” in The Antrhopology of Love and Anger. J. Overing and A. Passes eds.: 64-81. London and New York. Routledge.

Peterson, Nicolas (1993). “Demand Sharing: Reciprocity and the Pressure for Generosity among Foragers.” American Anthropologist 95(4): 860-874.

Radcliffe-Brown, Alfred R. 1951 “The Comparative Method in social anthropology”, The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 81, 1/2:15-22.

Rosanvallon, Pierre 2011 La Société des Egaux. Editions du Seuil, Paris.

Sade, Donald Stone 1992 “Dominance Hierarchies as Partial Orders. A new look at Old Ideas.” In Aggression and Peacefulness in Humans and Other Primates, James Silverberg and J. P. Gray eds, Oxford University Press, New York & Oxford: 57-71

Sather, Clifford 1997 The Bajau Laut: Adaptation, History, and Fate in a Maritime Fishing Society of South-Eastern Sabah. Kuala Lumpur, Oxford University Press.

Shohet, Merav 2013 “Everyday Sacrifice and Language Socialization in Vietnam: the Power of Respect Particle.” American Anthropologist, 115, 2: 203-217.

Stauder, Jack 1972. “Anarchy and Ecology: Political Society among the Majangir.” Southwestern Journal of Anthropology 28(2):153-168.

Sumner Maine, Henry 1875 « Lectures on the Early History of Institutions. » John Murray Ltd., London.

Tönnies, Ferdinand 1955 Community and Association. London: Routledge and Kegan.

Turnbull, Colin M. 1968 [1961] The Forest People. A Touchstone Book, Simon and Shuster, New York, Toronto London, Sydney.

Turner,Victor 1974 Dramas,Fields,and Metaphors. Ithaca and London: Cornell UniversityPress.

van Meter, Karl M. 2014 “Structures of Human Societies”, Sociology Mind (http://www.scirp.org/journal/SM/), Vol.4 No.1, January 2014, 36-44.

Wenzel, George W., Grete Hovelsrud-Broda, and Nobuhiro Kishigami eds., 2000 The Social Economy of Sharing: Resource Allocation and Modern Hunter-Gatherers. Senri Ethnological Studies No. 53. Osaka, National Museum of Ethnology.

West, Stuart A., A.S. Griffin and A. Gardner, 2007 “Evolutionary Explanations for Cooperation”. Current Biology, 17, August 2007: 661-672.

Woodburn, James 1979 “Minimal Politics: the political organization of the Hadza of North Tanzania”, in P. Cohen and W. Shack eds., Politics in leadership: a comparative perspective. Oxford, Clarendon Press

Woodburn, James 1982 “Egalitarian Societies”. Man, 17:431-51

Woodburn, James 1998 “’Sharing is not a form of exchange’: an analysis of property-sharing in immediate-return hunter-gatherer societies.” Property Relations. Renewing the anthropological tradition. C. M. Hann ed., Cambridge, Cambridge University Press: 48-63.